Le partenariat public privé au service des actionnaires coule le service public hospitalier

COMMUNIQUE DE PRESSE : DE LA CGT SANTE


Le départ précipité du Directeur du Centre Hospitalier Sud Francilien « remercié » par l’Agence Régionale de Santé, fait resurgir la situation catastrophique budgétaire de l’hôpital et la gabegie politicofinancière de la construction d’un site unique sous la forme d’un contrat juridique (bail emphytéotique) et d’un partenariat public/ privé.

Depuis le début du projet, la CGT avait démontré qu’une maîtrise d’ouvrage publique était la seule garantie pour la construction d’un établissement de santé de qualité et aux normes hospitalières, afin que soient assurés la prise en charge des patients et le développement du service public.

Un rapport de la Cour des Comptes régionale, en date du 20 Juillet 2010, considérait comme « très onéreuse », « juridiquement contraignante et financièrement aléatoire » toute cette opération.



Aujourd’hui, la situation s’accélère. L’établissement est pris dans un étau entre les restrictions financières imposées à l’établissement, le paiement des loyers à hauteur de 41 millions d’euros annuels et la pression permanente du groupe Eiffage, pour répercuter à la charge de l’établissement les 100 millions supplémentaires liés à des disfonctionnements (8000 réserves constatées par huissier) dont elle porte l’entière responsabilité.

Le coût de l’opération au terme du contrat avec cette entreprise, reviendra à plus de 1,8 milliards d’euros, à la seule charge des assurés sociaux et un déficit structurel pour l’établissement, compte tenu du prix du loyer.

Aujourd’hui, la Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale dénonce la position de l’ARS lourde de conséquences car elle persiste à privilégier des intérêts privés au détriment du service public. L’ARS veut jouer d’autorité pour éviter la remise en cause du bail emphytéotique et du partenariat public privé.

La Fédération de la Santé et de l’Action Sociale exige :
La réappropriation publique du bail emphytéotique,
La restitution des sommes et intérêts indûment perçus par les groupes bâtisseurs et financiers,
La fin du partenariat public/privé,
Le retour à une maîtrise publique de l’exploitation du Site,
Le maintien de tous les emplois, afin de garantir aux usagers une prise en charge de qualité dans le service public.

En conséquence et compte tenu de l’urgence de la situation, la Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale demande, dès aujourd’hui, un rendez-vous à Xavier BERTRAND Ministre de la Santé, qui n’a jamais daigné recevoir la CGT depuis sa prise de fonction.

Ce rendez-vous aura également pour objet d’aborder des sujets aussi brûlants que pressants, comme de l’hébergement social, les emprunts toxiques dont sont victimes de nombreux établissements publics et la situation de la psychiatrie.

Montreuil, le 07 Septembre 2011


Papeterie Chapelle Darblay Grand-Couronne (UPM)

Info : FILPAC CGT Chapelle Darblay

Encore 1110 personnes



SACRIFIEES par UPM.




Méthode de communication moderne.

Alors que des salariés sont encore en congés, les dirigeants d’UPM France informent les représentants du personnel de tous les sites par une conférence téléphonique à 7h 40mn précises, ce matin, d’un nouveau plan de restructuration, suite à l’achat du groupe Myllykoski.
La production de papier UPM va baisser d’ 1,3 millions de tonnes (dont 110 000T de papier journal) le reste en magazine.
Et amène donc à supprimer 1110 emplois.
Dans le détail :
 Fermeture définitive de l’usine UPM Myllykoski en Finlande à la fin de l’année 2011.
Moins 375 salariés, moins 3 machines, moins 600 000 tonnes de SC et LWC.
 Fermeture définitive de l’usine UPM Albbruck en Allemagne à la fin de l’année 2011.
Moins 557 salariés, moins 3 machines, moins 600 000 tonnes de LWC.
 Fermeture définitive de la PM3 de l’usine UPM Ettringen en Allemagne à la fin de l’année 2011.
Moins 66 salariés, moins 1 machine, moins 110 000 tonnes de Journal.
 Transfert des lignes de découpe de l’usine d’UPM Albbruck vers l’usine UPM Plattling en Allemagne, courant 1er semestre 2010.
Ce matériel est financé par les cotisations des syndiqués CGT & UFICT CGT. mercredi 31 août 2011
 Restructuration des postes redondants dans les ventes papier, la supply Chain et les fonctions globales.
Moins 112 emplois selon le plan de transition.
 UPM France est touché à travers le site d’UPM Stracel par une vente pure et simple, moins 1 machine.
D’ici 12 mois, (encore l’été) pour une activité autre que le papier !
Que deviendront les 270 salariés si aucun projet n’aboutit ?
Un paradoxe puisque UPM reconnaît le potentiel du site surtout avec le projet Bio Carburant en cours.
L’usine est sacrifiée pour le gain de 280 000 tonnes, pour soulager le marché !!!
Pour ce qui concerne Chapelle Darblay, la direction actuelle se veut rassurante, mais n’oublions pas que 112 emplois sont concernés à travers Supply Chain et les fonctions globales, (administratifs)
L’objectif avoué est d’atteindre une économie de 200 millions d’euros à fin 2013, pour un retour à une rentabilité qualifiée de NORMALE à 10%, dixit la haute direction UPM.
A notre demande, une réunion du Comité Central d’ Entreprise se tiendra ce vendredi 2 septembre à Paris.
Votre syndicat CGT appelle à la vigilance, à la solidarité et à l’intransigeance face aux manipulations de nos dirigeants.
« Travailler plus, pour chômer plus ! » Pas question !
Dernière minute : les salariés de Stracel ont arrêté la production dès 8h ce matin pour réagir à cette nouvelle…….

Toulouse : deux infirmiers d'un EHPAD licenciés pour avoir réclamé des masques  Deux infirmiers exerçant dans un Ehpad de Toulouse (...