A Ceralep, la lutte comme mémoire d’entreprise


Il y a dix ans, leur priorité était de sauver leurs emplois. C'est toujours le même objectif qui anime aujourd'hui les 57 salariés de la société coopérative de production (SCOP) Ceralep, dans la Drôme. En ces temps moroses, ils savent que le contexte économique n'est pas favorable aux petites entreprises françaises, même si, sur leur créneau – la fabrication d'isolateurs électriques en céramique pour la haute et la très haute tension – ils n'ont plus de concurrents sur le territoire depuis 1982.
Pour en savoir plus cliquez ci-dessous
http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/03/01/a-ceralep-la-lutte-comme-memoire-d-entreprise_4374921_3234.html


SUITE : « Dans une SCOP,
on n'est pas qu'un matricule »


Avant, le bureau du directeur de l'usine Ceralep était situé dans le premier bâtiment à l'entrée de la cour. A l'extrême opposé des ateliers où les ouvriers fabriquent, depuis 1921, des isolateurs en céramique. Moqueurs, ces derniers avaient même surnommé l'endroit « le Château ». Mais ça, c'était avant. Désormais, les services administratifs et la direction de l'usine drômoise sont installés en face des vastes hangars où s'activent les ouvriers.
Pour en savoir plus cliquez ci-dessous
http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/03/01/dans-une-scop-on-n-est-pas-qu-un-matricule_4374948_3234.html





Mardi 14 juillet 2020 :  « On ne peut pas être satisfaits du Ségur de la santé » : plusieurs milliers de manifestants à Paris pour l’hôpit...