Les syndicats tirent la sonnette d’alarme : la relance est remise en cause par la baisse des salaires

L’austérité ne fonctionne pas ; il est urgent d’ouvrir une nouvelle voie pour l’Europe. C’est l’avertissement lancé aujourd’hui à Bruxelles par les dirigeants syndicaux lors d’un sommet syndical sans précédent.
« Au cours des cinq dernières années, les salaires réels ont chuté dans la plupart des pays de l’UE », affirme Bernadette Ségol, Secrétaire générale de la Confédération Européenne des Syndicats (CES).
Lire la suite en cliquant ci-dessous
http://www.etuc.org/fr/presse/les-syndicats-tirent-la-sonnette-d%E2%80%99alarme-la-relance-est-remise-en-cause-par-la-baisse-des


4 AVRIL 2014 : Journée d’action Européenne à Bruxelles


Les salariés ne sont pas responsables de la « crise » :
 ils en sont victimes !


Les inscriptions doivent se faire dès maintenant auprès de l’UL CGT de Coulommiers.

10 bis Rue DE L'AITRE,

Espace Lafayette,

77120 COULOMMIERS
TEL : 01 64 03 54 85 ou le : 09 65 04 53 58

les mardis et jeudis de 13h45 à 18h15


Mobile : Patrick : 06 73 34 65 02 / Alain : 06 18 85 64 71

Michel : 06 31 53 89 33 / Pierre : 06 70 33 73 34


OU auprès de Mary à l’UD 77


La Confédération Européenne des Syndicats a voté une résolution concernant un plan d’investissement de 2 % du PIB européen, soit 260 milliards d’euros par an pendant 10 ans.


Ce plan d’investissement vise « une nouvelle voie pour l’emploi » pour sortir de la crise, en mettant fin à l’austérité et en développant des investissements ambitieux afin de retrouver une croissance forte capable de créer 11 millions d’emplois en particulier pour les jeunes.


La Confédération Européenne des Syndicats appelle donc à une journée d’action
le 4 avril prochain.


Il s’agit de défendre la revendication d’une nouvelle orientation sociale et économique pour la politique de l’Union Européenne.


Les politiques d’austérité, la privatisation des Services Publics, la baisse des salaires et des pensions, ne fait qu’aggraver la situation des salariés.


Il est temps d’impulser un plan ambitieux à l’échelle européenne :

- Mettre fin au dumping social,


- Mettre en œuvre un plan d’investissement durable,


- Coopérer pour lutter contre la fraude et l’évasion fiscales,


- Favoriser des Services Publics de qualité sur le long terme,


- La promotion, le respect et le développement des normes sociales européennes afin de lutter contre les emplois précaires et promouvoir les emplois de qualité,


- Le renforcement du dialogue social, des négociations collectives.


La Commission Exécutive de l’Union Départementale de Seine-et-Marne du 11 mars dernier a décidé que quatre départs collectifs en cars pourraient être organisés sur le département :


- Chelles et Coulommiers,


- Melun, Sénart et Nangis,


- Montereau et Nemours,
  • Pontault-Combault, Mitry Mory
    et Marne-La-Vallée.


Un appel à la souscription et à la solidarité est adressé aux Unions Locales, aux Professions et aux Syndicats qui pourraient aider au financement de cette journée d’action.


Le coût approximatif des cars pour la manifestation à Bruxelles du 4 avril prochain serait d’environ 12 000 €, chaque structure doit prendre sa part, à la hauteur de ses moyens, à l’organisation de cette journée contre l’austérité et pour une réponse alternative à la logique du capital.


Contre l’austérité, un changement de cap est nécessaire et nous le dirons avec l’ensemble des Syndicats Européens le 4 avril.





La CGT en guerre contre le harcèlement de ses délégués


Dans les entreprises du secteur Privé comme du public, les élus CGT, délégués du personnel et membres du comité d’entreprise, sont victimes d’une répression anti-syndicale: Intimidations, discriminations, mises à pied, licenciements, méprisés et harcelés par les DRH et direction

Les patrons empêchent les salariés de se syndiquer alors qu’eux patrons sont tous syndiqués du plus petit au plus grand, même dans les grandes entreprises un délégué syndical est bloqué à vie dans sa carrière, quand il ne subit pas les pires traitements. dans les pme et petites unités la question ne se pose même pas.

En Allemagne c’est obligatoire de se syndiquer, alors on n’a plus de raison d’avoir peur de se syndiquer.

Tous les travailleurs doivent s’inscrire dans une centrale syndicale, en masse et par millions, élire leurs bons représentants et agir, la peur doit changer de camp, c’est le seul moyen efficace pour le monde ouvrier et salarié d’éviter l’esclavage moderne qui se profile !






Un petit rappel sur l’Accord National Interprofessionnel (ANI)


 
 
 
 
L’Accord National Interprofessionnel (ANI) dit « Accords de Wagram » modifiant en profondeur le droit du travail qui vient d’être signé est loin d’être un accord « gagnant-gagnant », et une réussite du dialogue social. Au contraire, on peut le résumer en disant qu’il s’agit d’un coup de force contre le dialogue social, donnant des miettes aux salariés et le jackpot au patronat … sous un gouvernement socialiste
pour en savoir plus cliquez ci-dessous
http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/accord-sur-le-travail-sarko-l-a-129227


.

Journée de mobilisation unitaire du 18 mars 2014 : L’irruption des salariés pour changer la donne


Dans 140 villes de France, près de 240.000 salariés, retraités et privés d’emploi sont venus grossir les manifestations et rassemblements à l’appel des organisations CGT, FO, FSU et Solidaires. C’est le double de manifestants, un mois et demi seulement après le dernier rendez-vous national de mobilisation interprofessionnelle, le 6 février.
Pour en savoir plus cliquez ci-dessous
http://www.cgt.fr/Mobilises-pour-changer-la-donne.html


Près de 300 Camarades de la CGT 77 ont participé à la journée de mobilisation contre le pacte de responsabilité Hollande / Gattaz et pour l’augmentation des salaires et des pensions, le renforcement de l’emploi public et privé et la protection sociale financée par le travail.


Alors que des NOE (Négociations à l’Entreprise)
engendrent de nombreuses luttes, que dans les fonctions publiques les salariés se mobilisent pour leur emploi les conditions de travail et les salaires, les perspectives de luttes sont nombreuses.



Le 18 mars constitue un tremplin pour gagner la mobilisation et la campagne « coût du capital / fiscalité » est un outil non négligeable.





Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...