Etat d’urgence : Ce gouvernement tourne définitivement le dos aux valeurs humanistes




En jouant sur l’émotion et la peur, le Gouvernement espère constitutionnaliser l’état d’urgence qui permet d’octroyer plus de pouvoir à la police, aux services de renseignements, à l’administration, ceci au détriment de l’autorité judiciaire. 

Mais chacun aura pu mesurer, depuis les attentats, les dérives de ce « régime d’exception » avec son cortège
d’interdictions de manifester et d’assignations à domicile qui relèvent, pour certaines d’entre elles, plus du maintien de l’ordre que de la lutte contre le terrorisme. 

Ce texte doit donc être combattu pour son inutilité face au risque terroriste, et il doit l’être vigoureusement car il met en péril la Démocratie, les libertés individuelles et collectives. 


En effet, les termes flous de la définition de l’état d’urgence font craindre le pire quant à l’utilisation contre
les salarié(e)s et les militant(e)s que pourrait en faire ce gouvernement et les futurs…

Pour finir, ce projet de loi constitutionnalise une vieille idée de l’extrême droite, la déchéance de nationalité de citoyens binationaux nés français. Ce calcul politicien, qui crée une sous-catégorie de citoyens, constitue une infamie que la CGT dénonce et combattra avec force.


Montreuil, le 29 décembre 2015


Etat d'urgence prolongé 
Démocratie en danger 




  • facebook

Info : CGT Collectif Logement


* Plafonds de ressources annuelles pour l’attribution de logements HLM en 2016

* APL 2016 : simulation, calcul et plafond

* Banques : alerte sur les frais de tenue de compte. Modèle de lettre pour contester ces frais

* Asnières : victoire finale des locataires contre le bailleur HLM

* AB-Habitat : M. le Préfet, faites respecter les engagements !

* Ils veulent briser nos vies !

* Indecosa CGT : dénonce les violences contre les personnels d'AB-Habitat

En savoir plus, cliquez   ICI




Mardi 14 juillet 2020 :  « On ne peut pas être satisfaits du Ségur de la santé » : plusieurs milliers de manifestants à Paris pour l’hôpit...