Inquiétude dans l’activité billets d'Arjo Wiggins de Jouy sur Morin



SYNDICAT CGT Arjo Wiggins Security

USINE DE CREVECOEUR DE JOUY SUR MORIN

Le 03 août 2011

Bien que les machines tournent cet été, le carnet de commande est désespérément vide à la rentrée à Crèvecoeur. AWS a perdu deux gros appels d’offre coup sur coup, du fait que nos prix de vente étaient trop élevés. Comme nos concurrents n’ont rien à se mettre sous la dent, la guerre des prix est déclarée ; ceux qui ont les reins solides survivront, les autres crèveront… Une réalité horrible à dire… Aujourd’hui, les papeteries ferment à tour de bras, y compris dans notre activité.
AWS a des atouts pour passer ce cap, mais il faut que nos dirigeants aient la volonté de maintenir, mais aussi de développer notre activité.
Sur Crèvecoeur, les investissements portent leurs fruits ; vitesse augmentée, système de peigneuse blanchie opérationnel et nombre de « petits » investissements qui viennent renforcer l’amélioration des performances. Les services techniques ont fait de gros efforts pour maintenir les machines en activité, chose non aisée au vu de l’état du parc des maps.
Le mois de juillet va être bon sur le plan des volumes produits et de la performance industrielle, tout en ayant fabriqué des papiers techniquement difficiles à la map 4.
Malheureusement, Crèvecoeur est dans le rouge aujourd’hui sur le plan des résultats, dus en grande partie à la crise du coton (du jamais vu). Sans cette conjoncture défavorable, Crèvecoeur aurait des résultats largement positifs.

Aujourd’hui, se pose la question de la volonté de la direction générale sur l’avenir de l’activité billets.
Nos dirigeants ont manqué de clairvoyance ? Pourtant les consultants et autres analystes embauchés récemment, auraient du prévoir cette situation. Le manque d’anticipation dans ce domaine est flagrant. Peut-être ne leur donne-t-on pas les bonnes missions ?
Pour que Crèvecoeur vive et reste dans la course, et donc pour sauvegarder l’activité, il faut investir pour augmenter la vitesse sur map (comme cela a été fait à VHP), il n’y a que comme cela que l’on pourra être concurrentiel sur le marché, par abaissement des coûts de production. Bien sûr, il faut aussi acheter une coupeuse pour éviter un goulot d’étranglement et ensuite réaménager la salle et les postes en Finition.
Le manque de commandes commence à se faire ressentir dans certains services ; salle de finition, filigrane, etc. Certains contrats intérimaires n’ont pas été reconduits pour préserver le travail des titulaires de Crèvecoeur.
A la rentrée de septembre, si le carnet de commandes ne se remplit pas, nous allons entrer dans une période très difficile, en souhaitant que l’on ne nous parle pas de chômage partiel… Si nous en arrivons à de telles extrémités, tout le monde sera concerné ; les élus CGT seront vigilants sur le fait de ne laisser personne sur le bord de la route et de ne faire aucune discrimination.
Aujourd’hui, aucune communication n’a été faite par nos dirigeants sur la situation, on a l’impression que seuls les élus CGT s’inquiètent et tentent de trouver des solutions. Comme d’habitude…
Nous espérons que la situation va s’améliorer à la rentrée, la « synergie » en terme de commande doit fonctionner aussi lorsqu’une usine est en sous activité, et ceci sans faire grincer des dents…

LE SYNDICAT CGT USINE DE CREVECOEUR

Un monde meilleur après le coronavirus ?

  Un monde meilleur après le coronavirus ? Le  F orum  E conomique  M ondial ( FEM ) est une fondation privée créée en 1971, siégeant à Genè...