L'inégalité vertigineuse des patrimoines s'aggrave

Info : Economiques n° 309 - janvier 2012

La publication par l'Insee des résultats de l'enquête Patrimoine réalisée fin 2009-début 2010 apporte enfin des données fraîches sur l'évolution de la richesse des ménages. Les derniers chiffres disponibles dataient de 2004. Au sein de ce patrimoine, les biens immobiliers dominent, avec 62 % du total des actifs détenus, contre 20 % pour les actifs financiers et 18 % pour les biens professionnels. L'enquête montre à quel point cette richesse est inégalement répartie.
Les 10 % les mieux dotés détiennent 46 % de la masse des patrimoines, alors que la moitié la moins riche des ménages ne se partage que 7 % du total.
Si la valeur du patrimoine médian s'établit à 150 200 euros, les 10 % les plus riches possèdent au minimum 552 300 euros d'actifs, alors que les 10 % les plus modestes détiennent au maximum 2 700 euros : 205 fois moins ! Un rapport qui a augmenté de 30 % depuis 2004. Et qui est sans commune mesure avec l'écart des revenus disponibles, qui ne varient que de 1 à 4,2 entre les 10 % les plus modestes et les 10 % les plus aisés.

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cette année, le père Noël s’appelle Mario Draghi

Lu dans la lettre d’information “La 12.15″, accessible aux abonnés au quotidien Le Monde :

Mais le patron de la Banque Centrale Européenne ne donne des cadeaux qu’aux banques qui, comme chacun sait, ont été très sages cette année.

Lu dans la lettre d’information “La 12.15″, accessible aux abonnés au quotidien Le Monde :

La BCE prête aux banques et dope les Bourses ( prêts records ?)

L’opération inédite de prêt sur trois ans, d’un montant illimité et bon marché (taux d’intérêt de 1 %) de la Banque centrale européenne (BCE) à destination des banques en zone euro, lancée ce matin, a visiblement rassuré les investisseurs.

Anticipant un succès, toutes les places financières européennes ont ouvert sur une progression : Paris a démarré sur une hausse de 0,81 %, Francfort de 1,22 %, Londres de 0,76 %, Madrid de 1 % et Milan de 1 %.

Le résultat de l’opération, annoncé en fin de matinée, a répondu à ces attentes, puisque la Banque centrale a alloué 489,191 milliards d’euros à 523 établissements bancaires.

Immédiatement après cette annonce, la Bourse de Paris a accentué ses gains, le CAC 40 gagnant 1,60 % à 3 104,32 points. Le secteur bancaire en a directement bénéficié : BNP Paribas s’adjugeait 3,88 % à 31,26 euros, Crédit agricole 3,45 % à 4,47 euros et Société générale 2,24 % à 17,60 euros.

Les prêts à long terme de la BCE sont destinés à aider le secteur bancaire dans un contexte tendu, où les marchés ne lui font plus confiance. Une opération similaire aura lieu en février.

Et plus loin:

Espagne : Le taux à 10 ans des obligations de l’Espagne est passé sous les 5 % ce matin, une première depuis le début du mois d’octobre, signe d’un apaisement sur le marché obligataire.

Autrement dit : la Société Générale, la BNP, etc., peuvent emprunter autant qu’elles veulent auprès de la BCE à 1%, et prêter, sans risque à l’Espagne, à 5%.

Sans risque puisque l’Espagne est actuellement solvable, et que si elle ne l’était plus demain, les banques ne seraient pas mises à contribution, ainsi que l’ont promis Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.

Joyeuses fêtes aux banquiers !

le Mercredi 21 décembre 2011

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...