UNION SYNDICALE DEPARTEMENTALE CGT SANTE et ACTION SOCIALE 77












Aux Candidats à l'Election Présidentielle

LETTRE OUVERTE

Madame, Monsieur,

Notre Union Syndicale Départementale C&T Santé et Action Sociale 77, avec les
personnels de ses 8 hôpitaux, vous interpellent car nous sommes confrontés à 4 grandes problématiques :
• La lere problématique est une modification de l'organisation de la permanence des soins :
^ pour le Nord, fermeture définitive les blocs chirurgicaux la nuit de 22 h 30 à 8 h à l'hôpital de Coulommiers.
Les blocs chirurgicaux de nuit fermeront les jours pairs au CH de Lagny et pour les
impairs au CH de Meaux.
*" Pour le Sud : fermeture définitive des blocs de 22h 30 à 8 h, toutes les nuits, les week-ends et jours fériés dans les hôpitaux de Provins, Montereau, Fontainebleau.
L'hôpital de Nemours ayant déjà été restructuré et vidé de ses activités chirurgicales.
Seul l'hôpital de Melun resterait ouvert 24 h sur 24.
• La 2eme problématique est une privatisation de plus en plus effective des activités et services dans nos hôpitaux, notamment les activités chirurgicales.
• La 3eme problématique, particulièrement inquiétante, est le développement des projets de partenariat public-privé (PPP) dans les hôpitaux de Fontainebleau et Melun, remettant gravement en cause l'accès aux soins pour tous, notamment par les dépassements d'honoraires.
Les relations avec le service privé ne se désignent pas en partenariat mais en
complémentarité sur des créneaux ou filières bien spécifiques, décidés par les
professionnels.
L'expérience nous montre, que bien souvent, les prises de décisions d'autorité pour
modifier le fonctionnement des services de soins, sont vouées à l'échec ! Le partenariat public-privé positionne toujours le privé en qualité de « cheval de Troie» pour piller le service public. Les exemples ne manquent pas.
» La 4eme problématique, la fusion dans le Nord des 3 établissements (Jossigny, Meaux
et Coulommiers) est déjà en marche.
Nous avons le sentiment qu'il s'agit d'une restructuration orientée essentiellement sur Jossigny au détriment du développement des investissements du CH Meaux et la
couverture sanitaire du Nord.
Plus généralement, les projets d'organisation sanitaire du Sud seraient de regrouper à terme les activités médicales plus spécifiques (réanimation, pédiatrie, voire urgences) dans l'hôpital de référence (pour le moment Melun).
Ces projets seraient une erreur grave de conséquences pour les missions du service
public, compte-tenu de la superficie de la Seine et Marne et de son développement
démographique.
Nous attirons votre attention sur ces problématiques qui ont de graves conséquences sur les populations et les personnels.
*
En votre qualité de candidat à l'Election Présidentielle, nous aimerions connaître votre point de vue.
Pour faciliter la clarté de vos réponses, nous reformulons les questions suivantes :
a) Vous engagez-vous à arrêter la casse du service public dans nos 8 hôpitaux ?
C'est-à-dire d'arrêter le transfert des activités médicales et des services
logistiques et administratifs au secteur privé à but lucratif ?
b) Vous prononcez-vous pour l'arrêt des projets de restructurations en cours :
• Sur la fusion des 3 hôpitaux du Nord du département (Meaux, Jossigny,
Coulommiers) ?
• L'arrêt immédiat du projet de l'organisation de la permanence des soins avec
la fermeture des blocs opératoires comme précité.
• L'arrêt du projet des partenariats public-privé des hôpitaux de Fontainebleau
et de la clinique « La forêt » et de Melun avec les cliniques environnantes
(« St-Jean-l'Ermitage » et « Les Fontaines ») et le retour d'une radiothéra-
pie publique à Jossigny?
c) Vous prononcerez-vous pour le développement tout public de nos hôpitaux Seine
et Marnais ?
d) Seriez-vous prêt à redonner les moyens humains aux 8 hôpitaux de Seine et
Marne pour qu'ils soient ou redeviennent des hôpitaux de plein exercice et de
proximité, remplissant leurs missions de service public ?
Nous attendons avec impatience vos réponses que nous ne manquerons pas de diffuser
dans nos établissements.

Melun, le 26 janvier 2012

Soizick PARENTHOINE
Secrétaire Générale de l'USD.

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...