LE 20 MARS MANIFESTATION UNITAIRE DES RETRAITES DES SEINE ET MARNE A MELUN



RENDEZ-VOUS A L'UNION LOCALE C.G.T de COULOMMIERS,POUR UN DEPART COLLECTIF A 8H45 SUR LE PARKING DE L'UL CGT DE COULOMMIERS

Si vous le désirez, vous pouvez être des nôtres pour manifester à Melun
Réservez vos places le plus tôt possible Inscription par tél:
LES MOBILES : 06 73 34 65 02 (Patrick) 06 31 53 89 33(Michel)
06 18 85 64 71 (Alain) 06 30 70 17 39 (Patrice)

POUR DEFENDRE NOS RETRAITES CONTRE L'AUSTERITE
RENDEZ-VOUS A 10 HEURES PLACE SANT JEAN A MELUN

La santé est un état de bien être physique, mental et social

Françoise Vagner (UCR) a fait des propositions à la CE de la CGT le 10/01/2012. Nous soulignons les axes de travail essentiels proposés à la «Commission Confédérale travail, santé, protection sociale, lutte contre l'exclusion». Nous ne pouvons rester absents dans la campagne «Reconquête de la Sécurité Socia- le» qui fait l'objet de nombreuses réflexions de la CE de la CGT.

Nous devons peser dans le débat public comme le font des organisations syndicales, des associations, des Partis et le gouvernement. Se rappeler les origines de la fondation de la Sécu est nécessaire, sur le plan des principes et en fonction de l'évolution historique. Il est indispensable de se référer aux principes du Conseil National de la Résistance repris par Ambroise Croizat:

Universalité et Solidarité

Actuellement 10% des plus riches de la population accaparent de façon croissante les richesses du pays conduisant à l'approfondissement des inégalités sociales. La crise actuelle des dépenses publiques est une crise des recettes et non des dépenses, tant pour le financement de la Sécurité Sociale que pour le budget de l'Etat, d'autant plus que de nouveaux besoins de l'aide à l'autonomie qui relève à la fois de la Sécurité Sociale et de l'impôt.

LA TVA PATRONALE

Dans son rapport à la Commission Executive de la CGT du 10 Janvier, Françoise Vagner expliquait très bien que la TVA sociale est un non sens. Elle est profondément antisociale. C'est un véritable transfert de cotisations patronales.C'est donc sur le fond, une baisse du salaire socialisé, donc une baisse des salaires, et c'est une part de plus de la rémunération du travail qui va au capital ! Ce n'est pas une TVA sociale, c'est une TVA patronale. Plusieurs points résument l'argumentation de la

CGT ) à propos de la TVA sociale.

* La TVA consiste en fait à réduire le paiement de la force de travail.
* Elle remet en cause le mode de financement de la protection sociale fondé essentiellement sur le
travail et le prélèvement sur les richesses créées.

*Elle ne permet pas de créer des emplois. Elle risque au contraire de peser sur l'emploi et d'accentuer les inégalités sociales.
* Elle fait l'impasse sur les vraies causes des délocalisations qu&_sont la course aux profits pour les actionnaires.

Les retraités sont concernés directement. C'est un nouveau prélèvement qui nous attend dans un environnement qui se dégrade.

Solutions proposées par la CGT

* Revoir l'assiette des cotisations sociales en l'élargissant à certains éléments de la valeur ajoutée par le travail dont les profits non réin- vestis après impôt des sociétés, les revenus financiers et du patrimoine, stock-options etc.
* Supprimer les exonérations patronales sur les salaires, heures supplémentaires, etc.
* Exiger la compensation des exonérations par le gouvernement (cumul des exonérations non
abondées : 38 milliards d'euros).
* Etablir une CSG progressive.
* Eviter à tout prix la fiscalisation des prélèvements qui conduirait à déposséder les assujettis
a leur droit à la Sécurité Sociale.

Les complémentaires sont mises en difficulté par le désengagement des remboursements de la
sécurité Sociale.

La Sécurité Sociale n'est pas une entreprise marchande, elle n'a pas à dégager des profits,
elle subit un manque à gagner réel dont les causes principales sont l'augmentation galopante
du chômage, les exonérations non compensées, la régression des salaires et pensions.

Invoquer le «déficit» c'est masquer les vraies questions: salaires, évolution des salaires, l'emploi
et choix politiques en matière de répartition des richesses.

Le déficit s'explique par l'insuffisance des recettes dont : la faiblesse de l'emploi, stable, qualifié bien rémunéré. 5 millions de sans emploi pèsent lourdement dans les recettes de la sécurité sociale.

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...