INFO : UL CGT DE COULOMMIERS

     Le Mercredi 27 juin 2012. Le C.P.H.(1) de Melun

Appel à soutenir nos quatre camarades délégués de l'A.T.S.M.(2)

( les camarades de travail de Jocelyne F )

Au tribunal de MELUN à 14HOO


Rendez-vous à l'Union Locale de Coulommiers

Pour un départ collectif à 12H30

TEL : 06 18 85 64 71 Alain / 06 31 53 89 33 Michel


(1) Conseil de Prud'Hommes

(2) Association Tutélaire de Seine et Marne

INFO : Collectif Logement CGT,


INFO : Collectif Logement CGT,

Cliquez sur le lien ci-dessous
http://cgt.logement.over-blog.com/article-l-ile-de-france-met-en-chantier-sa-reforme-du-logement-106944266.html


Manifestation Jeudi 28 juin 2012, L’ urgence sociale !



à 14h00 : Métro Varenne vers le Médef.

Pour sortir de la crise, il faut répondre
aux urgences sociales !
Nous devons compter sur nous même pour gagner sur nos revendications,

Salaires - Emploi – Retraite 


L'UNION LOCALE C.G.T de COULOMMIERS


METTRA UN BUS A VOTRE DISPOSITION


DEPART A 12H30 DEVANT LE CREDIT AGRICOLE DE COULOMMIERS




Réservez vos places le plus tôt possible Inscription par tél:


A l'Union Locale, les mardis et les jeudis de 13h45 à 18h15.


FIXE : 01 64 03 54 85 ou le : 09 65 04 53 58 fax : 01 64 20 97 84


Inscription par MAIL: ulcgtcoulommiers77@wanadou.fr/


OU LES MOBILES :


06 73 34 65 02 (Patrick) 06 31 53 89 33(Michel) 06 18 85 64 71 (Alain)


Une majorité de citoyens, de salariés ont permis à la France de se débarrasser de Nicolas Sarkozy. L’élection de François Hollande et la mise en place d’un nouveau gouvernement découlent d’une forte aspiration à un changement de politique économique et sociale.


Elle s’était déjà exprimée dans les mobilisations sociales en 2009, 2010 et dernièrement lors du 1er mai 2012 pour la justice sociale. Répondre aux besoins sociaux, est une condition pour sortir de la crise ! Des espaces s’ouvrent, il faut que les salariés les investissent ! Le contraire hypothèquerait les possibilités de changements réels.


La CGT souhaite agir avec les salariés pour la prise en compte de mesures de progrès social indispensables pour sortir de la crise…


Un véritable changement passe par la création d’emplois, l’augmentation des

salaires, la reconnaissance du travail, de son contenu et de sa finalité, le dé-veloppement des services publics sur l’ensemble du territoire, un haut niveau de protection sociale et une véritable politique industrielle.


En Île-de-France, de nombreuses entreprises annoncent des suppressions d’emplois, des fermetures de site. Les propositions des salariés, organisations syndicales doivent être entendues, prises en compte !


La CGT se félicite de l’organisation en juillet d’une conférence sociale. Il est donc nécessaire que des attentes s’expriment vis-à-vis de mesures sociales qui seront


prises par le gouvernement ainsi que sur les chantiers qui seront ouverts pour des changements en profondeur.


Nous sommes convaincus qu’après des années de politiques régressives dans les domaines de l’emploi et du pouvoir d’achat, des réponses structurelles sont indispensables en matière de reconnaissance du travail, de réforme de la fi scalité, de contrôle des aides publiques aux entreprises et d’incitation à l’investissement dans le tissu économique. Il ne faut pas séparer l’économique et le social.


La CGT demande que le débat au cours de la conférence dite sociale ne soit pas enfermé dans le carcan d’un cadre économique qui resterait pour l’essentiel inchangé. Il faut arrêter de considérer le travail comme un coût. Au contraire, il est un facteur producteur de richesse et dynamisme économique !


La CGT considère important, dans ce contexte, que la conférence sociale débouche sur des mesures aptes à relancer notre économie. Elle estime indispensable que toutes les


questions traitées le soient en présence des ministères compétents. C’est la condition pour modifi er le cadre économique dans lequel se posent les pro-blèmes d’emploi, de pouvoir d’achat, de protection sociale et de conditions de travail notamment.


A l’occasion de la tenue de la conférence sociale, dans les entreprises, les localités, faisons entendre nos revendications.





Agissons pour :



Porter le SMIC a 1700 euros brut / mois comme base des grilles des salaires.


Augmenter les salaires, les points d’indice dans la Fonction Publique, les pensions et les minima sociaux.


Contrôler les aides publiques aux entreprises.


Contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements.


Supprimer les exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires.


Stopper les suppressions d’emplois.


Développer les politiques publiques et les moyens des services publics.


Réformer la fiscalité en profondeur, créer de nouvelles tranches d’impôts pour les hauts revenus.


Créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits pour l’investissement productif.


Taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux.


Mettre en place un fond européen de solidarité sociale et de développement économique.


Conquérir dans l’entreprise, de nouveaux droits et pouvoirs pour les salariés.


Ramener l’âge de départ à la retraite à 60 ans à taux plein, pour tous



Il faut arrêter de considérer le travail comme un coût.


.Au contraire, il est un facteur producteur


de richesse et dynamisme économique !!


En l’espace de 25 ans, le salaire moyen n’a même pas doublé,

alors que le montant des dividendes versés aux actionnaires a été multiplié par 13 -


Conditions de travail : des évolutions contrastées

Le ministère du Travail a rendu publics les premiers résultats de l'enquête Sumer sur les conditions de travail en 2010 .

Les conclusions sont assez contrastées. L'intensité du travail, qui avait fortement augmenté entre 1994 et 2003, s'est stabilisée à un niveau élevé en 2010. Parallèlement, 30 % des salariés subissent un contrôle ou un suivi informatisé, le double de 1994, et la " demande psychologique " (charge mentale engendrée par l'accomplissement des tâches) a augmenté pour toutes les catégories professionnelles.

La tension au travail s'accroît : 22 % des salariés déclarent subir des comportements hostiles au travail, contre 16 % en 2003. Quant à la pénibilité physique, elle se stabilise après avoir reculé entre 1994 et 2003 : en 2010, 40 % des salariés sont soumis à au moins une contrainte physique intense, contre 46 % en 1994. L'exposition aux agents biologiques, en revanche, explose.

Pour lire le résultats de l'enquete, cliquez sur lien ci-dessous
http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2012-023.pdf

Rapport d'information de Gérard Dériot
http://www.senat.fr/rap/r09-642-1/r09-642-1_mono.html#toc88
                                  _______________________

OIT : 101e conférence internationale du travail

Michel Sapin, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, s’est rendu, lundi 11 juin 2012, à la 101e conférence internationale du travail à Genève. Cette conférence annuelle détermine les normes internationales du travail et les grandes orientations de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Pour lire la suite , cliquez sur lien ci-dessous
http://travail-emploi.gouv.fr/actualite-presse,42/breves,2137/oit-101e-conference-internationale,14965.html

lire le discours de Michel Sapin, cliquez sur lien ci-dessous
http://travail-emploi.gouv.fr/actualite-presse,42/discours,2142/conference-nationale-du-travail-a,14961.html


Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...