Nice : la CGT a droit de cité place Saint-François - Signez la pétition contre l’expulsion par le maire de Nice

La commission exécutive de la CGT réunie les 19 et 20 juin a adopté une motion de soutien à l’union départementale CGT des Alpes-Maritimes engagée dans un bras de fer avec le maire UMP de Nice qui prétend l’expulser des locaux historiques qu’elle occupe place Saint-François depuis la Libération.

La CGT condamne l’attitude scandaleuse de Monsieur Estrosi, et réaffirme son engagement aux côtés de l’Union départementale CGT des Alpes-Maritimes.

Signez la pétition contre l’expulsion de la Bourse du travail de Nice par le maire UMP , Christian Estrosi

Cliquez sur le lien ci-dessous

Manifestation Jeudi 28 juin 2012

RAPPEL


Manifestation Jeudi 28 juin 2012, L’ urgence sociale !


à 14h00 : Métro Varenne vers le Médef.


Pour sortir de la crise, il faut répondre

aux urgences sociales !


Nous devons compter sur nous même

pour gagner sur nos revendications,


Salaires - Emploi – Retraite

L’ urgence sociale !



L'UNION LOCALE C.G.T de COULOMMIERS

METTRA UN BUS A VOTRE DISPOSITION

DEPART A 12H30 DEVANT LE CREDIT AGRICOLE DE COULOMMIERS


Réservez vos places le plus tôt possible Inscription par tél:

A l'Union Locale, les mardis et les jeudis de 13h45 à 18h15.

FIXE : 01 64 03 54 85 ou le : 09 65 04 53 58 fax : 01 64 20 97 84

Inscription par MAIL: ulcgtcoulommiers77@wanadou.fr/

OU LES MOBILES :

06 73 34 65 02 (Patrick) 06 31 53 89 33(Michel) 06 18 85 64 71 (Alain)


Agissons pour :


Porter le SMIC a 1700 euros brut / mois comme base des grilles des salaires.

Augmenter les salaires, les points d’indice dans la Fonction Publique, les pensions et les minima sociaux.

Contrôler les aides publiques aux entreprises.

Contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements.

Supprimer les exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires.

Stopper les suppressions d’emplois.

Développer les politiques publiques et les moyens des services publics.

Réformer la fiscalité en profondeur, créer de nouvelles tranches d’impôts pour les hauts revenus.

Créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits

pour l’investissement productif.

Taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux.

Mettre en place un fond européen de solidarité sociale et de développement

économique.

Conquérir dans l’entreprise, de nouveaux droits et pouvoirs pour les salariés.

Ramener l’âge de départ à la retraite à 60 ans à taux plein, pour tous


Pour sortir de la crise, il faut répondre aux urgences sociales !

Il faut arrêter de considérer le travail comme un coût.

.Au contraire, il est un facteur producteur

de richesse et dynamisme économique !!


La CGT souhaite agir avec les salariés pour la prise en compte de mesures de pro-

grès social indispensables pour sortir de la crise…


Un véritable changement passe par la création d’emplois, l’augmentation des

salaires, la reconnaissance du travail, de son contenu et de sa finalité, le dé-veloppement des services publics sur l’ensemble du territoire, un haut niveau de protection sociale et une véritable politique industrielle.


En Île-de-France, de nombreuses entreprises annoncent des suppressions d’emplois, des fermetures de site. Les propositions des salariés, organisations syndicales doivent être entendues, prises en compte !


La CGT se félicite de l’organisation en juillet d’une conférence sociale. Il est donc nécessaire que des attentes s’expriment vis-à-vis de mesures sociales qui seront

prises par le gouvernement ainsi que sur les chantiers qui seront ouverts pour des changements en profondeur.


Nous sommes convaincus qu’après des années de politiques régressives dans les domaines de l’emploi et du pouvoir d’achat, des réponses structurelles sont indispensables en matière de reconnaissance du travail, de réforme de la fiscalité, de contrôle des aides publiques aux entreprises et d’incitation à l’investissement dans le tissu économique. Il ne faut pas séparer l’économique et le social.


La CGT demande que le débat au cours de la conférence dite sociale ne soit pas enfermé dans le carcan d’un cadre économique qui resterait pour l’essentiel inchangé. Il faut arrêter de considérer le travail comme un coût. Au contraire, il est un facteur producteur de richesse et dynamisme économique !


La CGT considère important, dans ce contexte, que la conférence sociale débouche sur des mesures aptes à relancer notre économie. Elle estime indispensable que toutes les
questions traitées le soient en présence des ministères compétents. C’est la condition pour modifi er le cadre économique dans lequel se posent les pro-blèmes d’emploi, de pouvoir d’achat, de protection sociale et de conditions de travail notamment.

A l’occasion de la tenue de la conférence sociale, dans les entreprises, les localités, faisons entendre nos revendications.


Mardi 14 juillet 2020 :  « On ne peut pas être satisfaits du Ségur de la santé » : plusieurs milliers de manifestants à Paris pour l’hôpit...