La crise, pas pour tout le monde



Les patrons du CAC 40 continuent de se gaver

La rémunération des grands patrons du CAC 40 (salaire fixe, bonus, actions gratuites, stock options et indemnités de départ versés au dirigeant, hors régimes de retraite supplémentaire), qui s’était déjà envolée en 2010 a continué à progresser en 2011 pour atteindre en moyenne 4,2 millions d’euros l’année dernière contre 4 millions en 2010.
 
 
Quatorze dirigeants français ont crevé en 2011 un plafond de 240 Smic annuel soit actuellement 4,6 millions d’euros. Pour la première fois en 2011 le salaire fixe moyen des dirigeants du CAC 40 a franchi le million d’euros.

Les bonus annuels ont pour leur part baissé de 8,6%, mais ils se maintiennent à un niveau élevé (124% du salaire fixe en moyenne).





Élections : Les salariés des TPE placent la CGT très largement en tête


  Avec un résultat de 29,54%, la CGT arrive très largement en tête du premier scrutin de représentativité dans les très petites entreprises. Scrutin où 465 756 électeurs et électrices se sont exprimé-e-s malgré les innombrables obstacles.

La CGT remercie les salarié-e-s qui ont porté leur choix sur la CGT.
Ce résultat vient après d’autres signes forts quand à la place majeure occupée par la CGT dans le paysage social. La deuxième organisation syndicale recueille quant à elle 19,26% et la troisième organisation recueille 15,25%.

Le résultat obtenu donne encore plus de poids à ceux qui n’acceptent pas une régression sociale majeure dans la négociation sur l’emploi en cours.

Dans les conventions collectives et au niveau national interprofessionnelle, ce résultat renforce la place de la CGT. Il donne du poids aux exigences portées par les salarié-e-s des TPE et renforce leur volonté d’obtenir à l’avenir de véritables lieux de négociations avec des élu-e-s pour les représenter.

Au cours de plusieurs mois de campagne, la CGT dans les territoires et avec ses organisations professionnelles a tissé de nombreux liens avec des milliers de salarié-e-s des TPE qui lui ont réservé un accueil très favorable.

La CGT entend poursuivre cet effort au-delà de l’élection et créer les conditions pour que le syndicalisme et la négociation collective prennent toute leur place auprès de ces salarié-e-s.
Forts de ce résultat, les salarié-e-s peuvent compter sur la présence de la CGT pour agir avec eux en faveur de nouvelles conquêtes sociales. Elle les appelle aussi à prendre toute leur place dans cette mobilisation en rejoignant massivement la CGT.

En France, sans syndicats il n’y aurait pas de droits sociaux.
 Même si nous savons qu’il reste beaucoup à faire


Montreuil, le 21 décembre 2012










Mardi 14 juillet 2020 :  « On ne peut pas être satisfaits du Ségur de la santé » : plusieurs milliers de manifestants à Paris pour l’hôpit...