Une grande offensive contre le code du travail et les droits des salariés se prépare. La CGT en alerte tous les salariés.













Des déclarations en ce sens se multiplient, non seulement de la part des organisations patronales mais aussi de plusieurs ministres et du premier d’entre eux.

Déjà en mai 2014 REBSAMEN avait annoncé sa volonté de « geler » les seuils sociaux, c’est-à-dire les règles qui imposent aux entreprises de mettre en place des institutions représentatives des salariés et donnent la possibilité aux syndicats de désigner des délégués à partir de 11 puis 50 salariés dans l’entreprise. Depuis François Hollande a confirmé l’engagement d’une « négociation » à l’automne sur la remise en cause de ces seuils que le MEDEF réclame depuis des années, avec l’appui de la CFDT pour qui cette question n’est « pas taboue ».

C’est maintenant tout le code du travail qui est visé

Lors de l’université du MEDEF, Manuel VALLS a déclaré : « Mais il n’y pas que les impôts et les cotisations sociales qui pèsent sur notre économie. Certaines formalités excessives sont aussi coûteuses et pénalisantes (…) Cela inclut le Code du Travail. Nous allons accroître la concurrence, alléger certaines règles je pense à celles relatives au travail du dimanche ». Le patronat a accueilli cette déclaration par une standing ovation !

A cela s’ajoutent les déclarations du banquier d’affaire MACRON, devenu ministre de l’économie, qui propose d’autoriser l’ensemble des entreprises et des branches professionnelles à déroger par accords aux règles relatives au temps de travail et à la rémunération !

Enfin pour parachever ce déchaînement contre les travailleurs et leurs droits, François REBSAMEN s’est de nouveau illustré. Alors que le plans sociaux se multiplient, alors que l’accord scélérat signé entre le MEDEF/CGPME et la CFDT/CFTC/CGC en janvier 2013 les a grandement facilité, que le chômage ne cesse d’augmenter, le ministre annonce qu’il a donné des instructions à PÔLE EMPLOI pour « renforcer les contrôles », vérifier que les chômeurs cherchent bien un emploi et couper les vivres a nombre d’entre eux.

Ces mauvais plans ne sont que la poursuite, la mise en musique en matière sociale du pacte de responsabilité : après avoir fait cadeau de 40 milliards au patronat, il s’agit maintenant de s’attaquer à toutes les règles perçues comme des obstacles aux profits des entreprises. Et pas un seul emploi supplémentaire ne sera créé. Le patronat de la Chimie annonce 47 000 embauches sur les 3 prochaines années en contrepartie des 300 millions que les entreprises du secteur vont toucher, mais cela correspond tout juste au recrutement annuel moyen dans la branche !

Pour financer les milliards offerts aux entreprises, le gouvernement pille les ressources de la Sécurité Sociale et retire au service public ses moyens. Au ministère du travail, cela se traduit par 200 postes d’agents de contrôle en moins dès l’année prochaine dans le cadre de la réforme « Ministère Fort », une baisse des effectifs dans 9 UT sur 10 et au moins 150 suppressions de postes supplémentaires programmées pour la période 2015-2017. Les services emploi ne sont pas épargnés et subissent de plein fouet le transfert des missions, la diminution des moyens avec la perspective d’une réforme territoriale qui pourrait donner le coup de grâce. Et le gouvernement a également l’intention de faire les poches aux agents : alors que le gel du point d’indice doit se poursuivre jusqu’en 2017, la ministre de la fonction publique annonce maintenant qu’elle veut « revoir les mécanismes d’avancement à l’ancienneté pour mieux reconnaître le mérite des agents » !

La remise en cause des droits, les nouvelles attaques contre la protection sociale, le code du travail et l’inspection du travail sont INJUSTIFIABLES ET INACCEPTABLES.

Refusons ensemble ces choix et faisons barrage dans la rue à ce gouvernement, aux côtés de l’ensemble des salariés du public et du privé.

Tous et toutes en grève pour la Manifestation du 16 octobre 2014, Retrait du pacte de responsabilité ! Arrêt des suppressions de postes ! Arrêt du gel du point d’indice, rattrapage du pouvoir d’achat perdu ! Droit au repos dominical ! Défense des droits des représentants du personnel et de leurs instances ! Défense de la sécurité sociale !





































Sommaire
Page 1 Edito
Pages 2-3 Orga—Vie Syndicale
Page 4 Conférence Régionale Ile-de-France
Pages 5-6 Tract 16 octobre 2014
Page 7 Pétition: Interpellation aux Députés et Sénateurs
Page 8 Pub TOURISTRA

Lire le journal en cliquant sur le lien ci-dessous



La réduction du temps de travail :une réponse à la crise qui s'annonce A l'heure où la relance de l'économie est prétexte à de...