Lundi 26 janvier 2015,à 13H00 mobilisation contre le projet de loi Macron : Une grande journée de grève et à une MANIFESTATION UNITAIRE à 13H00

A l’appel des organisations
 syndicales régionales  
CGT, FO, FSU, Solidaires
Ce projet de loi sera débattu à compter du 26 janvier prochain. Il comporte 13 chapitres dans lesquels il y a de très nombreuses attaques contre le monde du travail notamment sur la casse de la prud’homie, la volonté de banaliser le travail du dimanche et de nuit, la remise en cause des missions de l’Inspection du Travail, envers le licenciement économique, la dépénalisation du délit d’entrave et sur les salarié-e-s des professions réglementées.
Ce projet de la loi Macron, 
n'est rien de moins qu'un bon
 en arrière de 2 siècles


Les Unions Locales
de
Coulommiers et de Meaux

APPELLE CHAQUE SYNDICAT SUR SON TERRITOIRE ET RETRAITES A PARTICIPER A LA MANIFESTATION RÉGIONALE 
A PARIS
( Chaussée d'Antin, Métro Chaussée d'Antin )

Un bus sera mis à votre disposition gracieusement
                        
Départ de Coulommiers à 11H30
devant le Crédit Agricole de Coulommiers
Inscrivez-vous auprès de l'UL Coulommiers, 01 64 03 54 85,
le mardi et jeudi de 13h45 à 18h15, ou Patrick 06 73 34 65 02, Alain 06 18 85 64 71, Michel 06 31 53 89 33

Départ de Meaux à 12H15
devant le Tribunal de Meaux
Inscrivez-vous auprès de l'UL Meaux, 01 60 23 01 20
ou Maurice 06 43 65 09 22


Aaujourd’hui, avec le projet de loi Macron le gouvernement répond une nouvelle fois aux exigences du MEDEF et du grand patronat.
Le 26 JANVIER 2015 : Soyons dans la rue et rejetons la loi Macron.

Si le projet de loi était adopté

  • Banalisation du travail du dimanche et de nuit, mettant fin progressivement aux compensations salariales car à terme ce travail ne serait plus exceptionnel. ( Il s'agit ni plus ni moins de la fin du repos dominical )
  • Plans de licenciements collectifs dans les entreprises
    (PSE) de plus en plus sauvages, avec des règles de plus en plus arbitraires, et des critères à la seule discrétion des employeurs.
  • Dépossession des élus prud’homaux, de leurs moyens de rendre la justice, renvoyant nombre de litiges vers des juges professionnels.
  • Grande difficulté pour le salarié de trouver un
    défenseur syndical pour le représenter en justice.
  • Possibilité de court-circuiter le droit du travail et la
    justice prud’homale par « convention » entre l’employeur et le salarié .
  • Suppression de la compétence des Inspecteurs du travail en matière d'autorité administrative pour les contestations de répartition des sièges et des collège électoraux lors des élections du personnel et suppression du délit d'entrave au fonctionnement des institutions représentative du personnel
  • Urbanisme, impasse sur le fait que la crise du logement est produite pas l'insuffisance des revenus face aux loyer et le prix du foncier à caractère spéculatif. En fond, le désengagement du public concernant le financement du logement social.
  • Transport, ouverture à la concurrence avec le Rail donc la SNCF soit le démantèlement du transport ferré ce qui pose des questions environnementales et du coût. Privatisation des sociétés d'aéroports.

Et en plus du projet de loi Macron :

  • Les propositions du patronat dans le cadre de la
    négociation en cours sur le « dialogue social »
mettent en cause l’existence même des instances
représentatives des salariés (CE, CHSCT) !
  • La réforme de la médecine du travail, retirée du
    projet de loi Macron, serait insérée dans un autre
projet de loi porté par le ministre du travail dès
janvier 2015…

Nous sommes bel et bien face à un projet de forte régression sociale, antidémocratique,
aggravant la politique d’austérité et favorisant la rentabilité financière pour les grandes entreprises.
Ce projet renforce les profits de quelques-uns et ne répond en rien aux besoins de la population.

Si notre liberté d’expression est un bien précieux toujours à défendre, la sauvegarde, de travailler pour pouvoir vivre, ce loger, ce soigné dignement, que les patron respectes le code du travail, l’est aussi, au lieu de le réduit
Aux origines de la loi Macron: un projet néolibéral concocté pour Sarkozy

Analyse détaillée du projet de loi Macron

Ce volumineux 7 Jours est nécessaire à l’analyse minutieuse du projet de loi attribué à Macron, défendu par Hollande. Pour percer le mur de la propagande officielle, il faut lire le texte réel.
L’analyse ci-dessous est en majeure partie une reprise du document élaboré par Démocratie et Socialisme, Gérard Filoche nous ayant donné l’autorisation de l’utiliser pour mieux contrer le dit projet.
Nul n’est censé ignorer la loi. Ça vaut aussi pour un projet aussi vicieux que long et tordu. Un projet qui n’est pas « social-libéral », mais dans le dogme libéral intégriste.





Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...