POUR LA DÉMOCRATIE ET LE PROGRÈS SOCIAL ! AUSTÉRITÉ LA LOI MACRON : C’EST NON !


La crise, dans ses dimensions politique et sociale, s’approfondit mais le gouvernement s’entête et choisit l’autoritarisme pour imposer sa loi Macron ! Si elle était adoptée, cette loi voulue par le Medef et la droite, organiserait une insécurité sociale généralisée : conditions de travail et de rémunérations attaquées avec la déréglementation du travail du dimanche et de nuit, toujours plus de libertés pour les patrons et moins de droits pour les salariés, attaques profondes sur le logement, les transports, les hôpitaux publics…
Encore une fois les femmes et les jeunes en seraient les premières victimes.

Pour en savoir plus contre la loi Macron,et de signer la pétition

              Cliquez ICI

.

  

TRAVAILLEURS HANDICAPÉS : LE GOUVERNEMENT DIFFÈRE L'APPLICATION DE LA LOI



A l'occasion des dix ans de la loi Handicap 2005, plusieurs manifestations ont été organisées en France et à la Réunion par les organisations de personnes handicapées pour dénoncer les promesses non tenues par l’État, les collectivités territoriales et le patronat.
Ainsi en est-il de l'engagement de l’État de rendre accessibles tous les établissements recevant du public. Seuls 40 % le sont aujourd'hui alors que la loi de 2005 avait fixé comme objectif que tous le deviennent au 1er janvier 2015.


 articles L.5212-6 et L.5212-7-1 du code du travail

Projet de Loi Macron : La CGT condamne le passage en force


Devant le risque que le projet de loi Macron ne soit pas voté à l’Assemblée Nationale, le gouvernement a dégainé le 49-3, empêchant le vote. Après avoir choisi d’inscrire dans la loi les propositions du MEDEF sans concertation ni négociation avec les acteurs sociaux, le gouvernement passe à nouveau en force en contournant la représentation nationale.
Encore un déni de démocratie !
               Lire la suite, cliquez ICI


Défendre et renforcer les libertés fondamentales partout dans le monde

Tribune commune de la CFDT, CFTC, CGT et FO

Depuis la création de l’Organisation Internationale du Travail en 1919 sur les ruines encore brûlantes du premier conflit mondial, jamais les normes internationales du travail n’avaient semblé autant indispensables qu’aujourd’hui. Au cours de son siècle d’existence, l’OIT a forgé, défendu, renforcé des principes essentiels qui irriguent notre société et ont permis de substantielles avancées sociales. Se souvient-on par exemple que le principe « à travail égal, salaire égal » se trouve dans la constitution de l’OIT (1919) ? Quant à la célèbre formule « le travail n’est pas une marchandise », elle apparaît pour la première fois en 1944, dans la déclaration de Philadelphie, texte qui relance l’activité de l’OIT à l’issue de la seconde guerre mondiale.

Loi Macron = Licencier abusivement, mais pas que

Le ministre de l’Économie Macron est chargé de tenter de faire changer des législations qui relèvent d’autres ministres, comme ceux du Travail, de la Justice, du Commerce ou de l’Artisanat, des Transports, du Logement. Il tente de modifier des pans importants de notre droit du travail : travail du dimanche élargi à la possibilité de douze dimanches travaillés par an, travail de nuit modifié, facilitation des licenciements, allongement du temps de travail, juridictions prud’homales mises en cause, inspection du travail affaiblie, médecine du travail dénaturée,


.




.

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...