L’UGICT-CGT se félicite de l’ouverture d’une procédure judiciaire contre le Printemps pour abus de bien social


L’UGICT-CGT se félicite de l’ouverture d’une procédure judiciaire contre le Printemps pour abus de bien social


Le 21 mai 2013, l'intersyndicale du Printemps (CGT, CFDT, SAPP et son porte-parole UGICT-CGT) a déposé (grâce à des documents transmis par des lanceurs d’alerte dont nous avons protégé l’anonymat) un signalement auprès du Procureur de la République de Paris, sur les conditions opaques de la Cession du Printemps au Qatar par le Groupe BORLETTI. 

Les premiers éléments révélés par ces documents et rendus publics par Mediapart font apparaître des montages financiers obscurs et des commissionnements atteignant plus de 600 millions d’euros, pouvant relever de la corruption, avec à la clef de ces versements des opérations de blanchiment, de fraude et d'évasion fiscale…et l’implication de celui qui était à l’époque ministre du budget, Jérôme CAHUZAC. 
En savoir plus, cliquez  ICI

Le droit du travail est-il indépassable?


Emmanuel Macron présente sa loi comme un progrès lors même qu’elle contribue à affaiblir un droit du travail qui, à juste titre, est considéré comme une institution nécessaire à la protection des salariés. Gérard Filoche, dans son blog, a dénoncé le fait que cette loi permettait entre autres de s’affranchir du recours au droit du travail pour trancher les différends entre employé et employeur. Ce qui inquiète légitimement les salariés est, au-delà de la libéralisation du Code du travail, son contournement pur et simple. J’aimerais pourtant poser une question volontairement polémique : le Code du travail, tel qu’il existe aujourd’hui, est-il vraiment la clef de la liberté des travailleurs ?

En savoir plus, cliquez ICI
 


Le 14 Juillet 2020 : Toutes et tous à la Bastille ! Manifestons, à 14h Le mardi 14 Juillet De la Place de la République à la pla...