Les congés payés, ça n’est pas tombé du ciel



Les congés payés : un acquis obtenu en 1936 par la lutte syndicale !
Les grandes conquêtes sociales ont souvent été obtenues dans la rue, par la grève et contre l’avis des gouvernements élus. C’est le cas par exemple des congés payés dont l’obtention n’a été possible en France que grâce à l’action des millions de grévistes de 1936. Celles et ceux qui aujourd’hui dénigrent la lutte syndicale tout en bénéficiant des fruits de cette lutte feraient bien de s’en souvenir ! D’autre part, n’oublions pas que les combats d’aujourd’hui préparent les droits qui seront les nôtres demain !

QuelquesLIENS pour connaître vos droits :



ACCIDENT a ARCELOR-MITTAL : Un intérimaire meurt en tombant dans de la fonte en ébullition C'est le 3e accident mortel en quelques mois.


Les circonstances de la chute, qui s'est produite dans l'usine Arcelor-Mittal de Grande-Synthe, sont encore inconnues. Une enquête a été ouverte pour déterminer ce qui s’est passé. Le parquet de Dunkerque va être saisi




Tract du Syndicat CGT de Arcelor-Mittal
Lire le tract, cliquez ICI


L’accident a eu lieu vers16 h, ce lundi, sur le site grand-synthois de l’entreprise sidérurgique ArcelorMittal. Dans des circonstances encore indéterminées, un Calaisien a fait une chute dans le trou de coulée du haut-fourneau numéro 4. « Une enquête est en cours, afin de déterminer comment cette personne a pu tomber dans cette rigole », précise le service communication d’ArcelorMittal. Là, la fonte en fusion sort à une température de 1 200º, qui n’a laissé aucune chance au salarié. Ses collègues ont alerté les sapeurs-pompiers du site. Rejoints par le SMUR, ils n’ont pu que constater le décès de la victime.
Âgé de 41 ans, elle avait été envoyée pour une mission d’intérim par la société Interconseil. « Une cellule de soutien psychologique a été mise en place pour ses proches collègues », ajoute le service communication.

C’est le troisième accident mortel survenu chez ArcelorMittal en quelques mois. L’entreprise, qui multiplie les actions préventives, n’en avait pas connu depuis cinq ans. Le 26 décembre dernier, un accident du travail avait déjà coûté la vie à un salarié de l’entreprise sidérurgique, percuté par une chargeuse.
Le 12 avril, un jeune intérimaire s’était retrouvé coincé puis écrasé entre deux wagons, sur les rails, près de l’aciérie. À chaque fois, ils ont eu lieu dans des secteurs et des circonstances très différents.







Plan de relance européen : le vice caché

Une « étape majeure », des conclusions  « historiques »  : le plan de relance européen ne cesse de recevoir les éloges des chefs d’États et ...