Paiement des heures supplémentaires chez Altran (Convention SYNTEC) : la Cour de Cassation donne raison à 450 salariés, pour un montant de 20 millions d’euros


La Cour de Cassation a tranché. Un arrêt donne raison aux ingénieurs sur le paiement de leurs heures supplémentaires et valide la démarche de la CGT.
C’est une belle victoire syndicale : la CGT Altran mène cette bataille depuis 2008 et a accompagné les salariés qui lui ont fait confiance, jusqu’au bout, jusqu’en Cassation puisque la Direction a contesté les jugements gagnés en Cour d’Appel.

En savoir plus, cliquez  ICI





Vinci. Les ouvriers bloquent le chantier de la faculté du Mirail à Toulouse ont répondu à l'appel à la grève de l'Union syndicale CGT .


Vinci, architecte du mépris de classe :
Dès 5 heures du matin, les poubelles ont été installées pour bloquer la principale entrée du chantier. Une action qui avait pour but de dénoncer des conditions de travail de plus en plus précaires, la baisse des augmentations annuelles de salaires - qui sont passées de 2.5 à 1.5 % - mais aussi le mépris de classe de la part des patrons de Vinci, qui ont généreusement octroyé 2.5 milliards de dividendes supplémentaires aux actionnaires, tandis que l’augmentation des minima sociaux n’a été que de 0.4 % dans le Bâtiment et sont gelés dans la branche des Travaux Publics.

En savoir plus, cliquez  ICI






Comment la direction de la CFDT a trahir le mouvement des hospitaliers de l’AP-HP


L’inquiétude d’une partie des hospitaliers concernant l’attitude de certaines organisations syndicales n’aura pas été sans fondement. Après avoir indiqué le soir de la manifestation du 17 une ouverture de discussion sur la base des « compensations » proposées par Hirsch - et non pas du retrait du plan de réorganisation du temps de travail -, la CFDT annonce la couleur et accepte de revenir à la table des négociations.

En savoir plus, cliquez  ICI





Code du travail : La CGT veut protéger plutôt qu’affaiblir


Un projet de loi « élaboré dans le dialogue avec les partenaires sociaux » sera présenté… début 2016. Quid du contenu et de la forme ? Pas de précision à ce sujet. L’objectif est donc clair : définir un socle de droits minimums (SMIC, congés payés, durée légale du travail) et renvoyer tout le reste aux accords de branches ou d’entreprises avec y compris possibilité de déroger au socle minimum. Le but n’est pas de « simplifier, négocier, et sécuriser » mais bien de simplifier, déroger et d’affaiblir les droits des salariés.

En savoir plus, cliquez  ICI





La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger ! Le choix très libéral du gouvernement de défiscaliser et désocialis...