Attentats : à Paris Indignation et soutien aux familles endeuillées



Montreuil, samedi 14 novembre 2015 , par Alessandro Vitagliano


Communiqué de la CGT

La CGT est profondément choquée et indignée par les attentats criminels qui ont été perpétrés la nuit dernière à Paris.

Toute la CGT tient à témoigner de son soutien et de sa solidarité à l’ensemble des familles touchées par cette tragédie.


Elle salue la mobilisation extraordinaire de l’ensemble des agents des services et entreprises publics, qui montrent en chaque circonstance, leur engagement au service des populations.


Les militants et les syndiqués de la CGT continueront plus que jamais à défendre au quotidien les valeurs de solidarité, de paix et de fraternité, valeurs essentielles de la démocratie et de notre république.


Alors que notre société vit une crise économique et sociale terrible, ces fondamentaux doivent être réaffirmés plus que jamais. Face à ces actes criminels sans précédent, toutes tentatives d’opposition de salariés ou de citoyens doivent être condamnées.


Le gouvernement vient de prendre des mesures d’urgences en matière de sécurité. La CGT réaffirme son attachement aux libertés individuelles et collectives. Au-delà de ces heures d’émotion et de recueillement, d’autres mesures, tant au niveau national qu’international, seront à mettre en œuvre rapidement pour retrouver ces valeurs de la République et conquérir une paix durable partout dans le monde.


Le mouvement syndical français et mondial doit s’unir dans cette période. Les messages de condamnation et de soutien arrivés de nombreux pays du monde, montrent que c’est possible et indispensable.




 Déclaration de la CGT Paris: 

l’heure n’est pas à la démobilisation sociale au nom d’une « unité nationale », bien au contraire

Lis moi avec webReader
Les violents attentats du 13 novembre 2015 ont ensanglanté Paris et Saint-Denis. Au moins 127 morts sont à déplorer et des centaines de personnes ont été blessées. Nous sommes horrifiés.
Nous rendons hommage à ces centaines de victimes innocentes et apportons à leur famille et à leurs proches notre pleine solidarité. L’union départementale CGT de Paris prend part au deuil.
Nous pensons également à celles et ceux qui, sans être blessés physiquement, ont été marqués, traumatisés, par ces violences inouïes.
Nous saluons les forces de l’ordre et tous les agents des services publics de sécurité et de santé qui sont intervenus dans cette sombre nuit parisienne pour protéger, secourir et soigner les habitants, les travailleurs, les promeneurs, les visiteurs, les supporteurs.
Les six lieux qui ont été visés sont tous des endroits de loisir, de fête, de sport, de culture : nous ne pouvons y voir que la marque du fanatisme le plus obscurantiste qui soit.
Ce terrible 13 novembre ne doit pas être l’occasion de restreindre les libertés publiques : nous sommes préoccupés par l’instauration de l’état d’urgence et les éventuelles conséquences pour la les salarié-es et citoyens en France. Il serait paradoxal que les manifestations syndicales des pro-chains jours ne puissent pas se tenir alors qu’elles ont pour thèmes centraux les libertés, le droit, et la lutte contre les violences patronales, les violences faites aux migrants et les violences faites aux femmes.
Avec la loi « renseignement », nous constatons depuis quelques mois l’extension de la surveillance de beaucoup de gens, dont les journalistes et les syndicalistes. Nous constatons que cette surveillance est passée à côté des vraies menaces, essentiellement celle du terrorisme. Nous considérons que pour assurer la vie des citoyens du pays, une réorientation politique est nécessaire ! Une politique qui rejette le terrorisme de Daesh, mais qui arrête également d’alimenter toutes sortes d’amalgames de nature raciste et la xénophobe, qui d’ailleurs prospèrent sur des terrains marqués par le chômage et l’exclusion sociale. Une politique qui mette fin aux coupes budgétaires dans la culture, l’éducation, la prévention, les services publics, la santé…
Nous appelons la communauté internationale à surmonter les intérêts particuliers des Etats, à écarter les intérêts des sociétés multinationales, et au contraire à mobiliser le droit international dans le cadre de l’ONU pour lutter efficacement contre le terrorisme. Pour comprendre le terrorisme, nous ne pouvons nous satisfaire d’un instantané. Il faut analyser la séquence ouverte il y a un quart de siècle. Les enjeux géopolitiques, l’impérialisme, les intérêts économiques liés notamment à l’énergie, le marché de l’armement, portent une lourde responsabilité dans les conflits armés du proche et du moyen orient.
La CGT Paris se bat pour la paix dans le monde. La paix n’est pas seulement l’absence de guerre mais un principe positif des rapports humains fondés sur la libre coopération de tous pour le bien commun. La prévention des conflits, la lutte contre le terrorisme, le maintien de la paix sont indis-sociables du développement économique, social de tous, de la justice, de l’égalité, de la démocratie.
Nous appelons les travailleurs de la capitale à développer entre eux les liens solidaires, non seulement pour être rassemblés dans ce moment tragique, mais aussi pour concourir à en finir avec les racines de cette violente société en crise. L’heure n’est donc pas à la démobilisation sociale au nom d’une « unité nationale », bien au contraire.
Paris, le 14 novembre 2015  Le secrétariat de l’UD CGT Paris
 Ce que veut dire la déclaration d’« état d’urgence » en France

Dans sa première déclaration après les premières attaques à Paris, vendredi 13 novembre, François Hollande a annoncé la mise en place de l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire.

Instauré par la loi du 3 avril 1955, révisée par la loi de renseignement de mars 2015 :
« L’état d’urgence peut être déclaré sur tout ou partie du territoire métropolitain ou des départements d’outre-mer, soit en cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public, soit en cas d’événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique. »

L’état d’urgence est déclaré par décret en conseil des ministres et ne peut être prolongé au-delà de douze jours que par la loi.

La déclaration de l’état d’urgence donne pouvoir aux préfets de département :

Interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ;

Instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ;

Interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics.

Le ministre de l’intérieur, pour l’ensemble du territoire, et le préfet, dans le département, peuvent :

Ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature ;

Interdire à titre général ou particulier les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre.

Le décret déclarant ou la loi prorogeant l’état d’urgence peuvent :

Conférer aux autorités administratives le pouvoir d’ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit ;

Habiliter les mêmes autorités à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales.

Les précédentes déclarations d’état d’urgence
Appliqué en Algérie après la promulgation de cette loi, l’état d’urgence a été prorogé par la loi du 7 août 1955 pour six autres mois. Il n’avait été appliqué en métropole qu’à trois reprises jusqu’à présent : après le retour au pouvoir du général de Gaulle, suite aux évènements du 13 mai 1958, pour faire face à un éventuel coup de force ; en 1961, après le « putsch des généraux » ; et en novembre 2005, deux semaines après le début des émeutes urbaines.
Le gouvernement de Laurent Fabius a décrété l’état d’urgence en Nouvelle-Calédonie en décembre 1984. Une loi a conféré au haut-commissaire de la République de ce territoire, jusqu’au 30 juin 1985, les pouvoirs dont dispose le préfet en France métropolitaine.






LES JRI DE FRANCE 2 OBTIENNENT UN BON COMPROMIS


Si les conditions de travail des JRI étaient la partie visible des revendications des grévistes, c’est bien l’impact du projet éditorial sur le sens et la place du métier de JRI qui en est la toile de fond. Premier conflit social depuis l’arrivée de Delphine Ernotte à la tête de France Télévisions (fin août 2015), la grève des JRI de France 2 qui a pris fin vendredi 6 novembre 2015 s’inscrit dans un contexte de malaise né avec le projet Info 2015 (rejeté très majoritairement par les journalistes et l’encadrement) qui prévoyait entre autres la fusion des rédactions de France 2 et France 3.

En savoir pluscliquez   ICI





COMITÉ GÉNÉRAL de l’Union Départementale
 CGT de Seine & Marne

les 19 & 20 novembre 2015, partir de 8h30,
( Centre CCAS Marcel Paul, EDF/GDF à Sermaize, rue Demeufve, à Bois-Le-Roi )

Convoqué il y a un mois et demi, le Comité Général de l'Union Départementale se tiendra autour de quatre thèmes :

 En savoir pluscliquez  ICI


 Pour vous inscrire pour le comité Général, contactez Patrick Arnould, au 06 73 34 65 02




Un monde meilleur après le coronavirus ?

  Un monde meilleur après le coronavirus ? Le  F orum  E conomique  M ondial ( FEM ) est une fondation privée créée en 1971, siégeant à Genè...