RAFFINERIES Un déploiement de forces et de moyens d'habitude employés contre la grande délinquance, voire le terrorisme, a été utilisé hier contre les grévistes, des sièges locaux de syndicats et leurs dirigeants.
« C'est une déclaration de guerre et on y répondra. » Yann Maneval, secrétaire de l'union départementale CGT des Bouches-du-Rhône, a bien résumé l'état d'esprit des grévistes hier matin après le violent assaut donné par des CRS et des gendarmes mobiles contre le barrage qui bloquait le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer. 

En savoir plus, cliquez ICI


Mardi 14 juillet 2020 :  « On ne peut pas être satisfaits du Ségur de la santé » : plusieurs milliers de manifestants à Paris pour l’hôpit...