Selon un rapport secret de l’Igas, les 35 heures ont créé 350.000 emplois


Pour justifier sa décision de remettre cette étude plutôt tendre envers l'héritage de la loi Aubry au gouvernement, le patron de l’Igas, Pierre Boissier, avait soutenu début juillet que ces auteurs avaient fait preuve d’”erreurs manifeste d’appréciation” et que leurs conclusions étaient “entachées d’insuffisances flagrantes”. Une appréciation contestée par les syndicats de l’organisme public qui ont dénoncé une “censure” en bonne et due forme.

En savoir plus, CLIQUEZ ICI

Selon un rapport censuré de l'Igas, les 35 heures ont bien créé 350 000 emplois


Fin juin, le Syndicat des membres de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) s'émouvait de la censure en interne d'un rapport sur les 35 heures. Si les productions de l'Igas sont censées être transmises aux ministères concernés, il existe en effet la possibilité pour son directeur de décider de ne pas en faire connaître les conclusions. C'est la première fois qu'il prend cette décision. Quinze jours plus tard, le rapport a finalement fuité.

En savoir plus, CLIQUEZ ICI