Médecine statutaire de la Police nationale : une médecine de mort ?



La CGT-Police avait déjà dénoncé dans un tract du 19 juillet 2012, "silence on tue" , que l'administration "pour faire taire un agent devenu gênant, l’administration laisse la hiérarchie policière intensifier le harcèlement moral, pouvant laisser croire qu’elle veut pousser au suicide « le contestataire ». Cette pratique ressemble fortement à un assassinat."  

En savoir plus, CLIQUEZ ICI


Toulouse : deux infirmiers d'un EHPAD licenciés pour avoir réclamé des masques  Deux infirmiers exerçant dans un Ehpad de Toulouse (...