Tract du syndicat CGT de l'usine  Crèvecœur a Jouy-sur-Morin


  Arjowiggins Security Le 07novembre 2017.




POINT SUR LA REUNION A BERCY.
Ce lundi 06 novembre s’est tenue au ministère de l’économie et des finances la deuxième réunion avec le ministre Bruno Le Maire, le C.I.R.I, les élus locaux, territoriaux, la délégation C.G.T, la FILPAC et SECAFI.
Le ministre a salué le travail fait sur le projet alternatif porté par la C.G.T et des salariés de Crèvecoeur. L’état soutient le projet, qui sera présenté au futur repreneur (à défaut d’un projet porté par la direction générale) et est susceptible, le cas échéant, de trouver des sources de financement pour redresser la situation d’AWS en cas de reprise.
L’état a également veillé à ce que la banque d’affaires Ernst&Young se mobilise afin de retrouver un repreneur. Les « lettres d’intention » devaient être parvenues avant lundi 06 novembre au soir et plusieurs repreneurs potentiels (industriels ou fonds d’investissement) ont émis des marques d’intérêt sérieuses.
L’étude des offres de reprise va se dérouler dans les semaines qui viennent, le résultat sera connu aux alentours du 15 décembre.
On nous a confirmé qu’un directeur général a été recruté (voir note de service). Il vient à Crèvecœur ce mercredi. Espérons que c’est l’homme de la situation et qu’on lui donnera les moyens de sauvegarder l’entreprise et ses salariés. Vu ce qui a été fait avant, il ne pourra faire que mieux sans se forcer…
Le ministre a demandé à Mr Corre, du C.I.R.I, de nous informer quotidiennement de l’évolution de la situation.
Bien que certains aient encore des doutes, ou même pire essaient de nous mettre des bâtons dans les roues (une aberration, c’est inadmissible !), le projet porté par l’équipe C.G.T / salariés est solide (il a été analysé par l’état) et reste la seule alternative envisageable pour maintenir l’activité.
Lundi 13 novembre aura lieu un CCE / CE commun avec comme point à l’ordre du jour une information sur le processus de recherche d’un repreneur et examen des offres reçues, ainsi que l’examen de la situation économique de la société.
Afin d’informer sur le projet, sur la situation et sur les perspectives d’avenir, nous convions tout le personnel à une assemblée générale le 15 novembre à 12h sous la verrière.
Chaque salarié est concerné, nous comptons sur votre présence. Les salariés de Boulogne et du CRA seront les bienvenus.
Tous ensemble, redonnons un avenir à notre entreprise !!!



2018: un budget de classe




Réduire les dépenses publiques et sociales pour diminuer les impôts sur les riches et augmenter les profits des entreprises, telle est l’obsession des classes dominantes en Europe, des technocraties nationales et de la Commission européenne. En même temps, les gouvernements doivent tenir compte des besoins des citoyens et les dépenses publiques sont nécessaires, même pour les entreprises, de sorte qu’ils ne peuvent aller trop loin et trop vite.

En savoir plus, CLIQUEZ  ICI

Siemens Gamesa a annoncé une plan de suppression de postes de 6.000 salariés


 Une poignée de multinationales – Siemens est le leader mondial de l’éolien en mer – se partage le marché de l’éolien, gavées de subventions diverses sur l’autel du développement durable, elles sont confrontées au principe de la réalité capitaliste, il faut finalement trouver des clients solvables aux marchandises produites. Les opérations de restructuration, de fusions-acquisitions ne fondent pas toujours une stratégie.

En savoir plus, CLIQUEZ  ICI

A l’encontre » Aux sources du macronisme


Le projet du macronisme est au fond de rattraper le temps perdu et de faire les « réformes » que ses prédécesseurs n’ont pas réussi à imposer. Il n’est donc pas surprenant de constater qu’il trouve ses sources d’inspiration dans des programmes qui ont plus de vingt ans d’âge.

En savoir plus, CLIQUEZ  ICI

Comment les grandes entreprises bousculent les économies nationales


Les entreprises multinationales vivent des chocs internes qui font tanguer la croissance. Leurs choix fiscaux font voyager des dizaines de milliards d’euros. Des réalités à mieux connaître.

En savoir plus, CLIQUEZ  ICI

Glyphosate : 150$ de chiffre d’affaires par seconde… et combien de victimes


Pendant que les magouilles de Monsanto pour cacher la dangerosité de ses produits étaient révélées au grand jour, le patron de la compagnie américaine empochait une rémunération de 12 millions de dollars. C’est ça la récompense de vendre partout dans le monde un produit phare, le Roundup, dont la principale substance est classée « probablement cancérigène » par l’Union européenne. Ou probablement pas. Tout dépend, en fait, si le rapport des experts européens est un copié-collé du rapport de Monsanto.

En savoir plus, CLIQUEZ  ICI

 Appel Comité Général de l’UCR-CGT Les 21 et 22 septembre 2020  Les Unions Syndicales de Retraités, les Unions Fédérales de Retraités compos...