Service public : partout, pour tous


  • 1) Leviers pour la conquête et le développement des services publics


  • Pour la CGT, l’organisation et la gestion des services publics doivent sortir des logiques de marchés. Les services publics – et les salariés qui les mettent en œuvre – ne doivent plus répondre à des objectifs fixés au travers des critères de profit, de rentabilité et de compétitivité, mais relever des (...)
    LIRE ARTICLE ›››
  • 2) À quoi servent les services publics ?


  • Aujourd’hui, le contexte de libéralisation s’accompagne de déréglementations et de réformes générales des politiques publiques. Ces réformes vont à l’encontre de la réponse aux besoins des populations. Les politiques d’austérité privent les services publics des moyens de financement nécessaires. Droits (...)
    LIRE ARTICLE ›››
  • 3) Des services publics pour un projet de société


  • « Pas d’industrie sans service public, pas de service public sans industrie » La solution à la crise économique, sociale et environnementale passe notamment par une industrie répondant aux besoins des populations, favorisant les circuits courts, maîtrisant les matières premières et préservant la (...)
    LIRE ARTICLE ›››
  • 4) La mobilisation du 10 octobre, un incontestable succès


  • Mardi 10 octobre, ils ont manifesté dans toute la France à l’appel des neuf syndicats de la fonction publique. Des soignants aux enseignants, des ministères aux collectivités, les fonctionnaires sont descendus dans la rue par centaines de milliers pour défendre leurs services (...)
    LIRE ARTICLE ›››
  • 5) Un nouveau livret sur la vision des services publics par la CGT !


  • Alors que 400 000 manifestants sont descendus dans la rue le 10 octobre dernier pour défendre le service public, la CGT vient de finir de rédiger un livret sur les services publics. Alexandra Meynard, en charge de la coordination de ce guide, explique dans ce reportage radio les raisons qui ont (...)
    LIRE ARTICLE ›››

Ordonnances Macron : Les premiers licenciements en rupture collective dès 2018


Emmanuel Macron nous avait promis que ces ordonnances faciliteraient l’emploi, c’est tout le contraire qui se passe. L’encre des textes de loi à peine séchées que de nombreuses entreprises, et pas des moindres, se saisissent d’une des dispositions des ordonnances pour licencier plus facilement : la rupture conventionnelle collective (RCC).

En savoir plus, CLIQUEZ  ICI

Holiday Inn Clichy (92) : Le maire de Clichy veut interdire le piquet de grève et fait appel à la police


Onze salarié·e·s de l’Holiday Inn de Clichy (92) sont en grève depuis presque 3 mois pour obtenir leur internalisation, le respect de leurs contrats de travail, la suppression de la clause de mobilité, l’augmentation des qualifications et des salaires, le paiements des heures travaillées et supplémentaires et le versement de primes de panier et de 13e mois.

En savoir plus, CLIQUEZ   ICI

Énergie : Arrêt des centrales thermiques en 2022 : une annonce inadmissible


Malgré la commission interministérielle toujours en cours, le président de la république Emmanuel Macron a annoncé la fin des centrales thermiques charbon d’ici 2022, s’insurgent la fédération CGT mines énergie (FNME) et la fédération nationale des ports et docks, dans un communiqué. Cette décision est irresponsable à plusieurs titre, poursuit la FNME : elle met en péril la sécurisation d’approvisionnement de l’énergie, et provoquerait des catastrophes sociales, au vu du nombre d’emplois directs ou indirects supprimés.

En savoir plus, CLIQUEZ  ICI

Coiffure: Encore une atteinte au repos dominical !


Après un nouveau recul sur les ouvertures exceptionnelles les dimanches et jours fériés des commerces sur les pays de Rennes et de Monfort-sur-Meu, nouveau coup de poignard donné au repos dominical. En effet, sans aucune concertation, le préfet a cassé l’arrêté préfectoral sur la fermeture des salons de coiffures le dimanche en permettant une dérogation le 24 décembre, veille de Noël.

En savoir plus, CLIQUEZ   ICI

Les vœux de l'Union Départementale CGT de Seine et Marne





 Les vapeurs de fête et de champagne s’estompent à peine dans nos têtes (accompagné, pour les moins raisonnables d’entre nous, par un « léger » mal de crâne), qu’il faut se réatteler à nos tâches post-réveillonneuses.


L’euphorie engendrée par ces fêtes ne résistera pas longtemps à la triste réalité du contexte politico-économique.


2017 fut une année noire pour les acquis des salariés, pour la démocratie, pour la justice sociale, et, dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, aucun coup de baguette magique n’a inversé la tendance.


Reste donc à présenter des « vœux », des souhaits…


Les vœux se doivent d’être positifs (quoi que, si ils sont positifs pour nous, pour les actionnaires, 2018 doit être une année de m…, antagonisme de classe oblige).


Que pourrions-nous souhaiter à nos camarades, sans hypocrisie, pour cette nouvelle année ?


Le traditionnel et fameux « bonne année » ne veut rien dire, en effet, pour que l’année soit bonne, il sera nécessaire de lutter, de résister, de convaincre, de gagner… (Et oui, pas plus qu’en 2017, nous ne vivrons dans le monde merveilleux des bisounours).



Nous vous souhaitons donc, cher(e)s camarades, le courage, la volonté et la pugnacité nécessaire pour impulser et mener les luttes cette année.


De même, souhaitons à tous les salariés la clairvoyance et l’esprit critique utile pour éviter les « voies sans issues », qu’elles soient sociales-libérales, libérales, ou ni-ni macronesques, voir brunâtres et nauséabondes.


Souhaitons aux salariés de trouver le chemin de l’Humain, de l’équité, de la justice dans la cacophonie médiatico-idéologico-libérale dans laquelle nous baignons en permanence.


A nous de rendre distinctes nos voix, de porter fort nos messages dans cet infâme brouhaha.


Victor Hugo disait : « ceux qui vivent sont ceux qui luttent »


L’Union Départementale CGT de Seine et Marne vous souhaite d’être, en 2018, bien VIVANT !


Fraternellement,


PO le bureau,

Jean-Luc Hacquart

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...