DÉFENDRE LES FONGECIF C’EST VOULOIR PRÉSERVER UN EXCEPTIONNEL OUTIL DE RECONVERSION PROFESSIONNELLE DES SALARIÉS !


À L’ENSEMBLE DES SALARIÉS DES FONGECIF


Le projet de loi que le gouvernement vient de rendre public acte la mort du congé individuel de formation. C’est l’assassinat du seul droit qui permette à des salariés de bâtir un véritable projet professionnel, d’accéder à la certification pour les plus fragiles, de se reconvertir dans un nouveau métier librement choisi, voire de créer leur propre entreprise.


En savoir plus, CLIQUEZ   ICI


Le gouvernement Macron annonce dans son Comité d’action publique 2022 (CAP 2022), notamment :
  • Le transfert entre collectivités, au secteur privé, voire l’abandon de missions…
  • Des économies durables et structurelles. (Source : dossier de presse 1er ministre 27 septembre 2017),

L’objectif est la suppression de 120 000 postes (50 000 dans la fonction publique d’Etat et 70 000 dans les collectivités locales et hospitalière).

C’est une véritable entreprise de destruction des services publics,
Il ne s’agit, ni plus, ni moins que de la poursuite démantèlement de ceux-ci.
Comment faire encore des « économies durables et structurelles » dans des services déjà exsangues dans les hôpitaux, les EHPAD, la Poste, ou encore de nombreux services territoriaux, sans menacer leur existence même ?
 Pour la population, pour la CGT, c’est concret les services publics, avec des exigences légitimes, aux urgences hospitalières par exemple, dans les EHPAD avec nos anciens, dans les écoles pour nos enfants, ou encore à la Mairie pour obtenir le renouvellement de la carte d’identité, ou encore pour discuter d’un redressement fiscal avec son contrôleur, et tant d’autres matières.
Pour la population, pour la CGT, c’est concret les services publics, avec des services de proximité dotés de fonctionnaires titulaires.
Or, la logique du gouvernement, c’est l’abandon pur et simple de pans entiers des services publics. Le département de la Seine et Marne n’échappe aucunement à cette volonté destructrice.

Quelques exemples…
  • Ainsi, le Ministère de l’Education Nationale annonce des milliers de suppressions de classes à la prochaine rentrée pour financer les « créations ». En Seine et Marne, ce sont 121 suppressions que combattent les parents d’élèves et les enseignants !
  • Dans les hôpitaux, les fusions successives, avec des partenariats privé-public où le privé se taille la part du lion, ont considérablement amoindri la capacité d’accueil des patients, entraînant des délais de séjour de plus en plus courts, des délais d’attente et des distances de plus en plus longues.
  • Aux Finances publiques, le réseau comptable (au service des contribuables et des
    collectivités locales et hospitalières), est saccagé par des restructurations et des fermetures sans fin : combien de kilomètres pour rencontrer son contrôleur ?
  • Dans les collectivités locales (Commune, département), la réforme territoriale conduit à des regroupements, des fusions de communes et des mises à disposition des personnels fonctionnaires de plus en plus éloignés des besoins de proximité de la population



Pour parvenir à ses fins, le gouvernement entend casser les statuts.
Les statuts sont une garantie pour tous, personnels et usagers.

 Rappelons les principes historiques de la Fonction Publique française : il s’agit de la continuité, l’adaptabilité, l’égalité, la neutralité, et la laïcité.
Ces principes garantissent l’égalité de traitement des citoyens sur tout le territoire national quelles que soient la fortune, les opinions politiques ou religieuses, ou les origines des usagers des services publics.
Ces principes garantissent aussi l’exercice des missions par les fonctionnaires.
Crise, austérité, Il faut répartir la misère ?
Quelle misère ?
93,4 MILLIARDS DE PROFITS POUR L'ANNÉE 2017.
C’est le score des 40 entreprises du CAC 40 en 2017.
Ces profits sont la seule motivation de Macron pour imposer l’austérité à l’hôpital, l’enseignement, l’université …. Nos services publics.
C’est pour ces profits la que Macron privatise les biens nationaux (SNCF, Aéroport de Paris et autres entreprises à capitaux nationaux).
C’est pour que ces « amis » du CAC 40 se gavent toujours plus.
Les usagers, comme les fonctionnaires n’ont aucun intérêt à la casse des statuts !
Les usagers, comme les fonctionnaires n’ont aucun intérêt à la suppression massive des postes !
  • POUR LE MAINTIEN DE TOUS LES SERVICES, POUR LA REOUVERTURES DE CEUX QUI ONT ETE FERMES.
  • POUR l’ARRET DES SUPPRESSIONS DE POSTES ET DES CREATIONS STATUTAIRES DANS LES SERVICES QUI EN ONT BESOIN.
  • POUR LE DEGEL DU POINT D’INDICE ET L’AUGMENTATION DU POUVOIR D’ACHAT.
  • POUR LA TITULARISATION DES CONTRACTUELS.
  • POUR DES DISPOSITIONS EXIGEANTS L’EGALITE PROFESSIONNELLE
  • POUR QUE LES USAGERS CONTINUENT A BENEFICIER DES SERVICES DÛS PAR LA SOCIETE.

Cheminots, Salariés de l’énergie, retraités, fonctionnaires, salariés du privé, privés d’emploi : IMPOSONS D’AUTRES CHOIX

Le 19 avril 2018 défendons l’intérêt général : Tous ensemble, en grève et en manifestation !


Les attaques du Medef et du gouvernement se multiplient contre les travailleurs, les retraités, les privés d’emploi et les jeunes : plans de licenciements, casse du code du travail et des conventions collectives, démantèlement du Service Public et de la Sécurité Sociale, projets de privatisations…



En parallèle, les entreprises du CAC 40 enregistrent des bénéfices records : 44 milliards d’€ de dividendes distribués aux actionnaires en 2017. Les plus riches sont de plus en plus riches et se voient accorder toujours plus de cadeaux de la part du gouvernement : suppression de l’ISF, avantages fiscaux…



Alors même que ce sont les salariés qui créent les richesses par leur travail, elles sont confisquées par les actionnaires !


Face à ces attaques, la mobilisation s’organise dans plusieurs secteurs (SNCF, Carrefour, Fonction Publique, Energie, retraités, étudiants, construction…), c’est ensemble que nous devons agir pour obtenir :


* L’augmentation des salaires, des pensions, des minima sociaux, des revenus de remplacement, le SMIC à 1 800 €,



* Le passage au 32 H avec maintien de salaire,



* L’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes,



* Le maintien et le développement de nos atouts industriels,



* Le financement des Services Publics afin d’assurer leurs missions au service de l’intérêt général en garantissant à tous, le droit élémentaire de se soigner, de se loger, de s’éduquer…



* le financement de la Sécurité Sociale (maladie, famille, retraite, chômage, logement) basé sur les cotisations, par la mise à contribution des revenus du capital et non sur l’impôt.


PARCE QUE NOUS SOMMES TOUS CONCERNES PAR LA CASSE DE NOTRE MODELE SOCIAL





 Appel Comité Général de l’UCR-CGT Les 21 et 22 septembre 2020  Les Unions Syndicales de Retraités, les Unions Fédérales de Retraités compos...