Frais bancaires : la CGT demande d'étendre le plafonnement des tarifs d'incidents

La CGT Banques et Assurances a demandé au président de la République une extension du plafonnement des frais d'incidents bancaires face aux difficultés financières générées par l'épidémie de Covid-19, selon un courrier publié mercredi.

ICI
Alternative au chômage partiel : le patronat positif, les syndicats critiquent la méthode

On constate une fois de plus que le gouvernement prend des décisions sans consulter les syndicats et visiblement pas que la CGT… » commente Denis Gravouil, en charge des questions d'emploi et de chômage pour la centrale de Montreuil. « Personne dans l'exécutif ne nous a contactés en amont de cette annonce », déplore Michel Beaugas, son homologue de Force Ouvrière, dont le secrétaire général, Yves Veyrier, a écrit le 26 mai à Edouard Philippe pour se plaindre d'avoir été mis devant le fait accompli sur la réforme du chômage partiel. « Ils égrènent les dispositions sans nous consulter », regrette aussi Marylise Léon, la secrétaire générale adjointe de la CFDT, qui réitère la proposition de son organisation de « se poser ensemble pour travailler sur l'enjeu de la préservation de l'emploi ».

ICI
Urgence de l’inventaire des luttes passées 

La crise du Covid-19 ne doit pas nous faire oublier que la France sort d’une année de mobilisations historiques. Un héritage que l’on peut notamment honorer en s’appuyant sur les noms des stations du métro parisien.    Il faut aujourd’hui faire un petit effort pour se souvenir qu’il y a peu le pays traversait l’un des plus importants mouvements sociaux de son histoire. Le 5 décembre 2019, le secteur des transports publics impulsait en effet une grève contre l’inique réforme des retraites. On ne parlait plus que de ça. « Bras de fer » et « prise d’otages », rabâchaient les chaînes d’info en continu ; « solidarité interprofessionnelle », préféraient les grévistes. 


Société civile : un rapprochement inédit



Syndicats et associations écologistes resserrent leurs liens depuis plusieurs mois et travaillent désormais avec les partis politiques autour d’un programme commun de sortie de crise.     
« Un tel arc de forces autour d’un tel projet, c’est du jamais vu. »



Le 20 mai, ce sont donc 52 responsables de toutes les composantes du mouvement social et écologiste, de Philippe Martinez (CGT) à Cécile Duflot (Oxfam) en passant par Aurélie Trouvé (Attac) et Jean-François Julliard (Greenpeace) et, côté politique, Jean-Luc Mélenchon (LFI), Julien Bayou (EELV), Olivier Faure (PS), Olivier Besancenot (NPA), Claire Monod (Génération·s) et Raphaël Glucksmann (Place publique), qui ont échangé autour de stratégies d’actions communes.

 ICI
Nous sommes les victimes d’un système esclavagiste

Entassés à trois ou quatre par chambre, dans des conditions insalubres, les résidents du foyer de travailleurs d’Épinay-sur-Seine dénoncent l’indifférence des gestionnaires malgré la pandémie, révélant tout un système vicié. 
   
  ICI

UN OUTIL POUR RECENSER LES LICENCIEMENTS EN FRANCE

 
 
#AlerteLicenciements



AlerteLicenciements.fr, un nouvel outil numérique, innovant et collaboratif, pour rendre visible les licenciements en France et valoriser les luttes.

Vous êtes victime d'un plan social, d’un plan de sauvegarde de l'emploi, d’une rupture conventionnelle contrainte ou collective, d’une suppression de poste… Faites-le savoir en l'indiquant sur notre cartographie ici.

Les patrons licencient sans état d’âme ! Recensons, informons et luttons pour défendre nos emplois et obtenir l'interdiction des licenciements.
 

 
 

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...