LA CGT Solidaires avec le Liban ! Solidaires avec le syndicat FENASOL !

La CGT est bouleversée par la catastrophe qui a touché Beyrouth, la capitale du Liban, et sa population dans l’après-midi d’hier, mardi 4 août.

Les deux puissantes explosions successives qui ont secoué la ville auraient fait plus de 100 morts et près de 4 000 blessés selon la Croix rouge. 300.000 personnes ont perdu leur domicile.


C’est un nouveau désastre pour un pays déjà éprouvé lors des dernières décennies. Le Liban a connu quinze ans de guerre civile (1975-1990). Il a subi la tutelle syrienne dans les années 1990, et jusqu’en 2005. L’armée israélienne a pénétré le Liban à deux reprises, d’abord en 1978 puis en 1982. Il a encore connu une nouvelle guerre en 2006, entre Israël et le mouvement chiite Hezbollah, financé par les Gardiens de la révolution iraniens.


Avec une population de 4,5 millions d’habitants et un territoire de quelque 10.000 km2 , le Liban accueille actuellement 1,5 million de réfugiés syriens.


En mars dernier il s’est déclaré en défaut de paiement, écrasé sous le poids d’une dette de 92 milliards de dollars, soit près de 170% de son produit intérieur brut. Cette situation économique désastreuse a été l’élément déclencheur d’un vaste mouvement de contestation en octobre 2019, contre une classe dirigeante quasi inchangée depuis des décennies et accusée de corruption.


La CGT adresse ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.


En cette période si sombre, nous sommes particulièrement solidaires avec la FENASOL, Fédération-nationaledes-syndicats-des-ouvriers-et-employés-au-Liban, dont les relations de la CGT sont historiques et fraternelles.


Nous avons pris contact dès hier soir avec le camarade Abdallah Castro, Président de la FENASOL, présent au dernier congrès de la CGT. Il nous a assurés de l’engagement actif de toute son organisation pour aider au sauvetage des populations concernées.


Montreuil, le 5 août 2020







Gisèle Halimi : une avocate anticolonialiste et féministe d’un grand courage

C’est en 2017, donc très tardivement, que j’ai découvert véritablement l’ampleur des combats menés par Gisèle Halimi. Ayant commencé à militer à la veille de mai 1968, j’ai toujours attaché plus d’intérêt aux animateurs et animatrices des grands mouvements sociaux.

DÉCOUVREZ LES 20 ENTREPRISES QUI ONT LE PLUS PROSPÉRÉ PENDANT LA CRISE DU COVID-19

Malgré une crise économique mondiale et un confinement lié à la pandémie de Covid-19, certaines entreprises ressortent fortifiées de cet épisode. C'est le cas des géants du web comme Microsoft, Apple ou Facebook, mais aussi des groupes de commerce en ligne comme Amazon. Plus surprenant, Tesla, le constructeur automobile spécialisé dans l'électrique, tire son épingle du jeu.   Alors que le monde connaît sa plus vaste crise économique depuis 150 ans, selon la Banque mondiale, certaines entreprises ont réussi à tirer leur épingle du jeu. Le quotidien économique britannique Financial Times vient de publier un classement des 100 entreprises qui ont le plus prospéré pendant la crise du Covid-19 en s’appuyant sur la capitalisation boursière de ces dernières. Sans surprise, c’est Amazon qui se situe sur la première place du podium en ayant gagné plus de 400 milliards de dollars de valeur en bourse. 

Navire de SOS Méditerranée immobilisé : “On nous empêche de sauver des vies”

Depuis le 22 juillet, l’Ocean Viking, un navire humanitaire de l'association SOS Méditerranée, est détenu par les autorités italiennes. Bloqué à quai en Sicile, il ne peut plus mener ses missions de sauvetage en mer.   Presque 94 000 personnes ont déjà signé la pétition lancée par l’association SOS Méditerranée. L’objectif : obtenir la libération de l’Ocean Viking, un navire humanitaire dont le but est de secourir les migrants traversant, au péril de leur vie, la Méditerranée. Depuis son lancement en juillet 2019, le remplaçant de l'Aquarius a sauvé plus 2 000 personnes d'après cette association créée en 2015.

Santé. Les réanimateurs au bord de l’asphyxie

Selon les professionnels, il manque 1 000 médecins réanimateurs en France. Un déficit aux conséquences lourdes au quotidien, et encore plus en situation de crise – épidémie ou canicule.  « L a réanimation menacée d’extinction ! » C’est l’Association nationale des jeunes médecins intensivistes et réanimateurs (Anjmir) qui lance ce cri d’alarme. On peine presque à le croire, tant les services de réanimation, dont on a pu suivre jour après jour le taux d’occupation au plus fort de l’épidémie de Covid-19, ont montré qu’ils sont au cœur de la réponse aux situations de crise sanitaire. 

ICI

  Sam Montereau : 12 jours de grève et 14 jours de blocage L’employeur lance une procédure de chômage partiel de longue durée Les salariés d...