Inspecteurs du travail agressés: la CGT indignée, Bertrand veut des suites




Info CGT

La C G T a tiré la sonnette d'alarme jeudi sur la situation des inspecteurs du travail, après deux agressions survenues fin juillet, tandis que le ministre du Travail Xavier Bertrand réclamait de son côté des suites judiciaires.

Les agressions sont intervenues à intervalles rapprochés, l'une dans le Maine-et-Loire le 26 juillet dans une exploitation agricole et l'autre le 28 juillet dans une PME des Ardennes. Des inspecteurs du travail "sont de nouveau victimes d'agressions graves" et ont été "menacés de mort, insultés, séquestrés et leur véhicule de fonction vandalisé", a indiqué la CGT dans un communiqué qui déplore "le parfait silence du patronat".

"Dans l'entreprise viticole, les inspecteurs ont été menacés avec un couteau, avec un berger allemand et séquestrés avec un couteau", a expliqué à l'AFP Meïssa Allal de la confédération CGT. Le ministre du Travail a pour sa part demandé aux unités territoriales concernées de "s'assurer personnellement que les contacts les plus efficaces soient pris avec les parquets", dans un courrier dont l'AFP a eu copie.

Apportant "tout son soutien aux agents de l'Etat victimes de ces agressions", M. Bertrand précise avoir alerté ses collègues de l'Intérieur et de la Justice sur "ces situations graves" Le secteur viticole, où l'on trouve "beaucoup d'activités dissimulées", est particulièrement concerné, a souligné Mme Allal, en rappelant le drame de Saussigniac (Dordogne) où deux inspecteurs du travail avaient été tués par un viticulteur en 2004. "Cette violence naît de la volonté de ces employeurs de détourner la loi.

S'ils étaient en conformité, ils n'auraient pas besoin de faire une démonstration de force", a affirmé la syndicaliste.

Motion de soutien : NON à la casse de l’inspection du travail en Haute-Garonne (et ailleurs !)
http://cgtdrtefpmidipy.wordpress.com/non-a-la-casse-de-linspection-du-travail/

Les surfaces des agences Pôle emploi réduites de 10%. Vers des agences "boites de sardines"




info CGT

Pôle emploi réduit la taille de ses agences

Le conseil d'administration de l'opérateur public vient d'adopter des mesures d'« optimisation » du référentiel immobilier, qui déboucheront sur une baisse de plus de 10 % de la taille des nouvelles implantations. FO, la CGT et le SNU-FSU s'insurgent
Les agents de Pôle emploi vont devoir se serrer. Alors que la remontée du chômage maintient la pression sur le service public de l'emploi, le conseil d'administration a examiné le mois dernier des mesures d' « optimisation » du référentiel immobilier », qui correspondent à une baisse de plus de 10 % de la surface des agences. Ces règles s'appliqueront à tous les nouveaux projets, qui sont nombreux dans la foulée de la réorganisation du réseau des ex-ANPE et Assedic. Selon le récent rapport du Conseil économique, social et environnemental, sur les 907 « sites mixtes » recensés en mai 2010, seuls 138 « semblent pouvoir être considérés comme pérennes » et s'inscrire dans le schéma d'implantation cible adopté l'an dernier. En Ile-de-France par exemple, la direction prévoit 36 déploiements de sites par an jusqu'en 2013 au moins.

Dans ces nouvelles agences, la taille des bureaux de direction et celle des espaces détente pour les agents sera réduite, tout comme les locaux techniques. De même, le ratio poste de travail-agent va être revu à la baisse : jusqu'ici égal voire supérieur à 1 (chaque salarié dispose d'un emplacement dédié), il sera à l'avenir ramené à entre 0,84 et 0,95 selon les tailles d'agence, en tenant compte du fait qu'avec les divers motifs d'absence (congés, formation), le taux de présence moyen n'est jamais de 100 %. Il s'agit là du retour d'un principe d'organisation un temps adopté par l'ANPE. Pour la direction, le taux d'équipement restera toujours supérieur au taux de présence moyen. Les salles de réunion seront redimensionnées elles aussi en fonction du nombre d'agents présents en moyenne, et non plus de l'effectif total.

60.000 mètres carrés en moins ; L'espace d'accueil des chômeurs devrait échapper au couperet, mais l'espace de transition, sorte de sas d'attente avant les rendez-vous avec les conseillers, sera supprimé. Ces dispositions devraient ramener la surface moyenne par agent (SHON) de 34,93 à 30,51 m 2 dans les plus petites agences, et de 24,66 à 21,5 m 2 dans les plus grandes (70 agents). Objectif affiché : réduire à terme la surface occupée de 60.000 mètres carrés. Pôle emploi a obtenu, pour 2012 tout au moins, le maintien de ses effectifs, mais il doit tout de même dégager des économies comme les autres opérateurs publics

Selon FO, qui a voté contre le nouveau référentiel avec la CGT lors du conseil d'administration, chaque agence devrait perdre en moyenne 100 mètres carrés. Dans une lettre ouverte au directeur général, Christian Charpy, le syndicat dénonce une « hémorragie des moyens de fonctionner ». Le SNU-FSU (non présent au conseil) estime que ces économies vont affecter la productivité des agents. La CFDT, la CFTC et la CGC se sont abstenues.

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...