Accident mortel à SOCODEI, site nucléaire de Marcoule (Gard) La CGT Métaux veut une analyse des causes




Une explosion du four de fusion de déchets métalliques a eu lieu dans l’usine de SOCODEI/CENTRACO (filiale d’EDF) sur le site de Marcoule en fin de matinée.


Le bilan fait état d’un mort et de blessés graves.

Nos pensées vont tout d’abord vers les familles du salarié décédé et de ceux qui ont été touchés par cet accident.

Nous attendons d’avoir la connaissance plus précise des évènements afin de nous exprimer plus longuement.

La nature des installations a permis de conserver intact le bâtiment du four et il n’y a pas de risque radiologique pour les populations et l’environnement.

Néanmoins, il nous faut malheureusement rappeler que ce type d’accident arrive bien trop souvent dans l’industrie en général. Fin juin 2011, ce sont deux salariés qui ont perdu la vie à la fonderie FleursMetal dans la Loire, suite là aussi, à une explosion de four. En octobre 2010, deux salariés avaient grièvement été blessés dans la même entreprise.

Les accidents industriels ne sont pas une fatalité, et nous demandons qu’une analyse précise soit faite pour en déterminer les causes, et en réduire le nombre comme la gravité.

Plus globalement, la CGT entend bien dénoncer les responsabilités des employeurs, les relations donneurs d’ordre sous-traitants, et une organisation du travail qui favorise l’externalisation au nom de la baisse des coûts.

Communiqué de la CGT Mines-Énergie
Montreuil, le 12 septembre 2011

PSA se prépare à une récession, pourrait devoir supprimer des emplois

Info : AFP

PARIS — PSA Peugeot Citroën a commencé à se préparer à une éventuelle récession, en traquant toutes les économies possibles, y compris sur le front de l'emploi, a indiqué le président de son directoire, Philippe Varin, au Financial Times.

"Vous ne réduisez pas vos coûts si vous conservez vos effectifs inchangés", a expliqué M. Varin dans cet entretien mis en ligne lundi sur le site du quotidien britannique des affaires.

M. Varin n'a pas chiffré l'effort nécessaire en matière d'emplois mais il a précisé que le groupe pourrait se contenter de jouer sur son volant d'intérimaires, reconstitué depuis deux ans, et de faire jouer un accord qui permet au groupe de transférer des salariés d'une usine à l'autre.

Après la divulgation de documents internes par la CGT, M. Varin avait dû assurer avant l'été au président Nicolas Sarkozy que le groupe n'examinait pas de projet de fermeture d'usine en France.

Des sources syndicales avaient indiqué fin août que les sites PSA de Poissy et de Rennes-La Janais allaient connaître six et cinq jours de chômage partiel en octobre. En outre, un jour chômé était planifié en septembre et un autre en octobre à Mulhouse, avait-on indiqué à l'époque.

Le numéro deux européen avait chiffré à 366 millions d'euros l'impact négatif de la hausse des prix des matières premières sur ses finances au premier semestre, et a revu à la hausse l'addition attendue pour toute l'année, à 700 millions contre 500 millions prévu auparavant

Des grévistes bloquent la livraison de milliers de repas dans des cantines

Info : AFP

CERGY — Une quarantaine de salariés de Sogeres était en toujours en grève lundi après-midi sur le site d'Osny (Val-d'Oise) empêchant ainsi la livraison de 23.000 repas dans des cantines scolaires, des crèches et des maisons de retraite, a-t-on appris de sources concordantes.

"Une quarantaine d'employés, des chauffeurs, des cuisiniers et des conditionneurs, sont en grève depuis 5h30. Ils réclament des augmentations de salaires et dénoncent une pénibilité du travail", a déclaré à l'AFP une déléguée syndicale CGT de cette filiale de Sodexo.

Des chauffeurs protestent également contre une récente réorganisation du travail qui les obligerait à effectuer une répartition des denrées, "alors que jusqu'à présent ils ne s'occupaient que de la livraison et de la vérification des caisses", a ajouté cette source.

Les négociations engagées durant la matinée entre la direction et une délégation de syndicalistes et de salariés n'avaient pas abouti lundi après-midi, selon la direction et la déléguée syndicale CGT.

"Les négociations échouent sur tout ce qui concerne les revendications salariales. La direction souhaite reprogrammer une rencontre pour en discuter. Il se peut que la grève soit reconduite demain", a affirmé cette source syndicale à l'AFP.

Sur les 45.000 repas prévus lundi, 22.000 avaient été livrés vendredi, selon une porte-parole de la direction de Sogeres.

"Nous regrettons cette grève surprise, inattendue. On essaie de tout faire pour sortir de ce conflit d'ici ce soir", a affirmé cette source, qui conseille aux parents d'élèves de préparer un panier-repas pour le déjeuner de mardi.

La cuisine centrale de Sogeres située à Osny approvisionne majoritairement des cantines scolaires du Val-d'Oise, de l'Essonne et des Yvelines, mais aussi des crèches et des maisons de retraite

Le 14 Juillet 2020 : Toutes et tous à la Bastille ! Manifestons, à 14h Le mardi 14 Juillet De la Place de la République à la pla...