200 Familles indignées et oubliées chez Didier Mary





Info : FILPAC CGT

La crise économique qui pèse lourdement sur le secteur des Arts Graphiques avec des marchés à la baisse, engendre des batailles tarifaires impitoyables. Par ailleurs les évolutions technologiques imposent aux professionnels d’investir pour demeurer compétitifs; c’est ce qui n’a pas été réalisé par le groupe CirclePrinters en France.
Depuis le 22 février 2011, l’entité Imprimerie DIDIER MARY est par conséquent placée en procédure de redressement judiciaire. Le 6 Octobre 2011, le tribunal de commerce de Meaux à décidé la cession en faveur du groupe H2D avec la reprise de 251 salariés.
Face à cette situation, nous devons être acteurs des futures décisions prises par les Administrateurs, Mandataires judiciaires, Pouvoirs publics … ET NOUS LE SERONS ! Car aujourd’hui, près de 210 licenciements sont programmés, et il reste possible que les 460 salariés travaillant sur le site aient
comme destination future :
LE POLE EMPLOI
C’est pourquoi il est impératif que les pouvoirs publics ainsi que les organes de la procédure trouvent avec les élus des solutions pour que le personnel licencié soit considéré dans ses revendications. La communauté de communes du Pays de l’Ourcq doit aussi prendre la mesure de l’engagement promis aux salariés de Mary en ne transigeant pas avec la destination finale du produit de la vente de la Pyramide Jean Didier.
Les salariés de l’entreprise ont toujours satisfait aux attentes des clients, même les licenciés potentiels. Ils ont agi en responsabilité et l’entreprise poursuit son activité de manière satisfaisante. Cependant, les conditions de licenciement imposées sont indignes et portent préjudice à des salariés qui tout au long de leur carrière ont oeuvré pour la bonne marche de l’imprimerie.
LES SALARIES DE DIDIER MARY NE MERITENT PAS
CETTE TRAGEDIE !
Nous, salariés de MARY, imprimeurs de titres prestigieux tels que GALA,
TELE 7 JOURS, PARIS MATCH, VOICI, 20 MINUTES, MARIE CLAIRE, FIGARO
MADAME, ELLE, AUTO PLUS, TV MAGAZINE … regrettons les décisions prises par la direction générale du groupe CirclePrinters ainsi que son absence totale de soutien concernant le sort des futurs licenciés.
Nous invitons toutes les personnes ou entités qui veulent soutenir notre cause(Pouvoirs publics, Unions locales et Départementales, Commerçants, particuliers …) à relayer ce message auprès de toutes leurs connaissances pouvant nous aider.
Les représentants du personnel de l’imprimerie DIDIER MARY

CE DIDIER MARY
6, route de la Ferté sous Jouarre
77440 Mary sur Marne
Tél : 01 60 23 30 90
Email : ce.didiermary@orange.fr

Elections dans la Fonction Publique La CGT en hausse dans la Fonction Publique




Communiqué de l’Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires

Les résultats partiels de représentativité dans la Fonction publique de l’Etat et Hospitalière issus des scrutins du 20 octobre, qui viennent s’ajouter à ceux de la Fonction Publique Territoriale de 2008, confirment la CGT comme première organisation sur l’ensemble des trois versants de la Fonction publique (4,5 millions d’agents titulaires et non titulaires), avec une tendance en progression de son audience.

D’ores et déjà, à partir de la remontée de plus de 80 % des résultats, une progression de la CGT se dessine : la totalité des résultats en précisera la hauteur.

Elle progresse fortement au ministère des Finances et dans la Fonction Publique Hospitalière, ainsi que dans une moindre mesure dans l’Education Nationale et dans nombre de ministères et administrations nationales ou déconcentrées.

Elle maintient son influence au ministère de la Défense et malgré un tassement elle reste très largement première organisation à la Poste.

A de multiples reprises, la CGT et nombre de ses organisations ont alerté les pouvoirs publics sur de graves dysfonctionnements dans l’organisation de ce scrutin (lire notre précédent communiqué).

La participation des agents, si elle reste globalement forte, s’en est ressentie, notamment dans l’Education nationale, où les conditions dans lesquelles le vote exclusivement électronique a été organisé, ont entraîné une chute de 25 % des votants.

Quoique puisse en dire le Gouvernement, ces résultats confirment que les agents n’adhèrent pas aux différentes réformes en cours. Ils pourront compter à l’avenir sur une CGT renforcée par cette confiance renouvelée pour qu’elle agisse avec eux pour la satisfaction de leurs revendications.

Montreuil, le 24 octobre 2011


Nous y voyons un clair encouragement à poursuivre et à améliorer notre engagement pour une Fonction publique toujours mieux au service de la population et du progrès social, à rebours des politiques actuelles.

37 salariés de Transgourmet mis à pied pour avoir fait valoir leur droit de retrait



communiqué de l’Union Locale CGT d’Arles

Parce que leurs conditions de travail sont déplorables, parce que leur sécurité dans l’entreprise n’est plus assurée, 37 salariés de Transgourmet Saint Martin de Crau ont exercé leur « droit de retrait ». La direction a immédiatement mis à pied oralement les 37 salariés concernés leur interdisant l’accès à leur poste de travail.

Pire, hier, alors que les salariés demandaient toujours à rejoindre leur poste de travail, puisqu’aucune sanction écrite ne leur était parvenue, ils ont eu la mauvaise surprise de trouver dans leur boite aux lettres, non seulement la confirmation de leur mise à pied mais, en plus, une convocation à un entretien préalable au licenciement pour faute grave !!

37 salariés en danger sont donc, pour la direction de Transgourmet, 37 salariés dangereux dont il faut se débarrasser. Les 78 accidentés du travail en un an sur ce site, le salarié gravement blessé et aujourd’hui handicapé, le salarié décédé vont-ils eux aussi se retrouver au ban des accusés ?

L’Union Locale CGT d’Arles dénonce avec force la stratégie de cette direction et de bien d’autres qui érigent « le marche ou crève » en véritable méthode de management, foulant aux pieds le Code du Travail et les droits individuels et collectifs les plus fondamentaux.

Au moment où la justice donne raison aux Ex Lustucru licenciés sans cause réelle et sérieuse après 8 ans de procédure, alors que la CGT n’a de cesse de se battre pour imposer une loi qui permette plus et mieux l’intervention des salariés et des organisations syndicales au travers des Institutions Représentatives du Personnel tels que les Comités d’Entreprise, les CHSCT…, la Direction de Transgourmet St Martin de Crau, remet délibérément en cause l’existence même du CHSCT, prive les salariés du droit légitime à se défendre, à protéger leur vie et leur intégrité au travail.

Cette remise en cause des droits fondamentaux des salariés, si elle était entérinée, non seulement validerait 37 licenciements à Transgourmet mais permettrait aussi à toutes les directions d’entreprise de décliner chez elle ce qui aurait été permis ailleurs. En clair : ce qu’imposerait la direction aux salariés de Transgourmet pourrait, à terme être imposé à tous les salariés.

Depuis de nombreuses années, les salariés de Transgourmet ont massivement choisi la CGT. Ils ont élus des représentants CGT au Comité d’Entreprise et au CHSCT. Ils ont voulu un Syndicat CGT puissant. Ils ont mené avec lui de nombreuses luttes souvent gagnantes. Sur 37 salariés menacés de licenciement, 35 sont syndiqués CGT, parmi eux 3 élus.

Pour l’Union Locale CGT d’Arles la stratégie de la direction de Transgourmet est claire : en se débarrassant de 37 salariés qui veulent faire valoir leur droit, elle tente de se débarrasser, par la même occasion, de la CGT.

Dans ces conditions et même si la lutte des salariés et de la CGT a permi que la direction de Transgourmet St Martin de Crau organise les élections aux CHSCT lundi prochain, avec plus d’un an et demi de retard, , l’Union Locale CGT d’Arles appelle à un

Le gestionnaire des aéroports de Paris Groupe ADP va supprimer 10 % de ses effectifs Après Airbus et Air France, c’est au tour de Group...