L'usine de frites McCain Harnes en grève a l'appel de la CGT




Info : CGT

La CGT de l'usine de frites McCain à Harnes a appellé à la grève à partir du dimanche 4 décembre 2011. «Les négociations sur les salaires ont été un échec», constate Dany Coolen, délégué syndical CGT.

La signature de la CFDT a pourtant permis de ratifier les négociations annuelles sur les salaires. Le mouvement harnésien rejoint ainsi celui de Matougues dans la Marne. Les 2 % (un peu plus) d'augmentation sont nettement insuffisants pour la CGT (majoritaire).
« Nous demandons une hausse de 10 %, c'est la seule façon de compenser l'inflation réelle », poursuit Dany Coolen. Autre questions en suspens:le travail du dimanche. « Il peut pallier un besoin ponctuel mais s'il devient habituel, on doit embaucher », préconise le représentant syndical à McCain alimentaire.
La CGT estime que l'organisation du travail doit se calquer sur les besoins des salariés (500 à Harnes) et pas sur la gestion en flux tendus des stocks et des machines.
À 18 h 30, les premiers salariés de l'usine de frites McCain à Harnes ont installé un piquet de grève devant l'entrée de l'établissement qui produit 700 tonnes de frites surgelées par jour avec 500 salariés.
La CGT qui a lancé le mouvement réclame une augmentation de 10 % des salaires. Position jugée irréaliste par la direction alors que des négociations sont en cours dans l'autre site français de McCain alimentaire, à Matougues dans la Marne, en grève depuis une semaine. De l'issue de ces négociations pourrait dépendre la suite du mouvement harnésien.



Drame de la misère : Indignation après la mort d'un chômeur privé d'électricité


Info:CGT

ORLÉANS (Loiret) - Le décès d'un homme provoqué par l'incendie de son appartement alors qu'il était privé d'électricité suscite des réactions syndicales et politiques.

L'homme, un chômeur âgé de 54 ans, s'éclairait à la bougie depuis la coupure de son alimentation électrique, dit-on de source policière. Il serait mort d'asphyxie dans la nuit de mercredi à jeudi. Une autopsie est en cours.
"Humainement, nous sommes scandalisés qu'un homme soit mort des conséquences d'une coupure d'électricité",
Jean-Pierre Planson, responsable CGT à Electricité réseau distribution France (ERDF). "Tout être humain a le droit à l'électricité, même s'il n'a plus les moyens de la payer." Le syndicat doit intervenir auprès de la direction d'ERDF et des pouvoirs publics afin d'envisager "la mise en place d'une structure sociale renforcée pour qu'un tel drame ne se reproduise pas".

François Bonneau, président socialiste de la région Centre juge, dans un communiqué, inacceptable "que les situations de précarité et d'exclusion que nous constatons quotidiennement mettent ainsi en danger les plus fragilisés vers lesquels doit tendre en priorité l'action publique".

( La vie d'un homme surtout s'il n'a rien ne compte pas beaucoup dans notre société d’égoïstes, comment se fait-il qu’en FRANCE pays riche et à notre époque , il y a encore des gens qui meurent de cette façon ? )
EDF dépense 40 millions d’euros par an en publicité !

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...