Mardi 1° Mai 2012, Manifestons unis, Ensemble gagnons la justice sociale


à l’appel des organisations CGT - CFDT - FSU - UNSA – Solidaires

Ce n’est pas parce que certains veulent s’accaparer notre fête du 1er mai qu’on doit baisser la garde. . Mardi 1er Mai, à 15 heures, on fait tous ensemble, dans l’unité syndicale, une manifestation DENFERT!!!


L'UNION LOCALE C.G.T de COULOMMIERS

mettra autant de Bus qu'il conviendra


DEPART DU BUS : A 13 HEURES

COURS GAMBETTA DEVANT LE CREDIT AGRICOLE


Si vous le désirez, vous pouvez être des nôtres pour le  1ER MAI à Paris.
DENFERT ROCHEREAU - BASTILLE

            Nous vous invitons à prendre contact auprès :

        Réservez vos places le plus tôt possible Inscription par tél:

A l'Union Locale, les mardis et les jeudis de 13h45 à 18h15.

FIXE : 01 64 03 54 85 ou le : 09 65 04 53 58 fax : 01 64 20 97 84

Inscription par MAIL: ulcgtcoulommiers77@wanadou.fr/

OU LES MOBILES :

06 73 34 65 02 (Patrick) 06 31 53 89 33(Michel) 06 18 85 64 71 (Alain)

Nous pouvons éventuellement organiser un ramassage selon le nombre de participants   A, Mouroux - Crécy-la-Chapelle - Meaux - Quincy Voisins
     Plus que jamais l’heure est à la mobilisation des salariés

Site de l'UL CGT de Coulommiers : http://ulcgt-coulommiers.blogspot.com/

Pour le 1er Mai, il est important de se mobiliser, il faut créer un rapport de force de grande ampleur suite aux différentes provocations de Sarkozy , tentant de mobiliser les travailleurs sur le vrai travail, disons lui bingo un vrais travail mais avec un vrais salaire qui nous permettent de vivre décemment et de faire connaître aux candidats des présidentielles ainsi qu’aux législatives nos revendications.

Le quinquennat qui s’achève restera dans les mémoires parmi l’un des pires que la France ait connu. Nicolas Sarkozy, Président sortant, en connivence affichée avec le MEDEF, s’est attaqué au «modèle social» pour entrainer le pays dans une politique libérale en France et en Europe

Souvenons-nous des discours sur la «moralisation du capital» et la «revalorisation du travail» qui s’est traduit dans les actes par l’enrichissement des actionnaires et des déjà riches, en faisant payer la crise aux salariés, aux retraités, aux chômeurs, qui en sont les premières victimes.

Souvenons-nous du recul de l’âge de la retraite à 62 et 67 ans malgré les milliers de manifestants et l’opposition au projet de plus de 70 % de la population. Ou encore les attaques quotidiennes contre le Service Public, la stagnation des salaires et pensions, l’augmentation du chômage...

Souvenons-nous également des «clins d’oeil» à l’extrême droite en stigmatisant les travailleurs migrants et leurs familles, en s’attaquant aux syndicats et en culpabilisant les chômeurs.

La CGT renouvelle son opposition aux idées liberticides et racistes véhiculées par l’extrême droite et sa candidate dont la famille vit dans le luxe d’une fortune amassée grâce notamment au travail d’immigrés !

Cette année, le 1er mai s’inscrit dans un contexte particulièrement important pour exiger que les revendications soient entendues et satisfaites pour de meilleures conditions de vie et de travail.

Quel que soit le candidat éluà la présidence de la République la mobilisation sera à l’ordre du jour pour peser et se faire entendre pour :

 1) Revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux (SMIC à 1700 Euros bruts).

 2) Contrôler les aides publiques aux entreprises.

 3) Contraindre les entreprisesà des alternatives, aux licenciements.

 4) Donner des moyens d’intervention pour les salariés et leurs représentants.

 5) Supprimer les exonérations fiscaleset sociales sur les heures supplémentaires.

 6) Stopper les suppressions d’emplois.

 7) Développer les politiques publiqueset les moyens des services publics.

 8) Réformer la fiscalité en profondeur, créer de nouvelles tranches d’impôts pour les hauts revenus.

  7) Créer un pôle financier publicet établir un mécanisme de crédits à taux réduits pour l’investissement productif.

 9) Taxer les mouvements spéculatifsde capitaux et éradiquer les paradis fiscaux.

10) Mettre en place un fond européen de solidarité sociale et de développement économique.

11) Conquérir dans l’entreprise, de nouveaux droits et pouvoirs pour les salariés.

12) Ramener l’âge de départ à la retraiteà 60 ans à taux plein.

Plan de relance européen : le vice caché

Une « étape majeure », des conclusions  « historiques »  : le plan de relance européen ne cesse de recevoir les éloges des chefs d’États et ...