Hommage aux fusillés de Chateaubriand le dimanche 23 octobre 2011.

Le dimanche 23 octobre 2011, nous serons des milliers avec la jeunesse pour un Hommage populaire aux Résistants, Fusillés, Déportés, Internés.

Sachons rester fidèles à leur mémoire et à l’idéal pour lequel ils sont tombés le 22 octobre 1941 à Châteaubriant

Se Souvenir et être Vigilants Pour ne pas revivre le passé

SOYONS DIGNES D'EUX

Cliquez sur le lien ci-dessous
http://www.cgt.fr/70e-anniversaire-des-Fusilles-de.html

Programme de la cérémonie, cliquez sur le ci-dessous
http://cgt-nantes.fr/spip/IMG/pdf/Affichette_2011_A4_Anamorph.pdf

Un salarié décède aux Papeteries de Condat. 80 salariés au chômage technique et des salariés sous le choc

Info : CGT

Le décès accidentel d'un employé, mardi, met l'entreprise en émoi. La production a été stoppée sur la zone où il travaillait.
Des machines stoppées et des salariés sous le coup de l'émotion. Suite à la chute mortelle d'un employé de 50 ans aux Papeteries de Condat, c'est à la fois le temps du deuil et des questions. Hier, la production de la zone sur laquelle l'homme travaillait au moment du drame était à l'arrêt pour les besoins de l'enquête confiée à la gendarmerie.

Dans le même temps, le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a tenu une réunion lors de laquelle « une minute de silence a été respectée », précise l'attachée de presse de la direction. Il en est ressorti la décision de mener une enquête interne. À cet effet, une réunion de travail est prévue aujourd'hui, à laquelle participeront les responsables de la sécurité, de la fabrication et de l'équipement, les membres du CHSCT ainsi que le représentant des services techniques.

« On se pose des questions » À midi hier, l'ambiance à la sortie de l'équipe du matin des Papeteries était morose. Même pour ceux qui ne connaissaient pas Marc Michel, le défunt, la matinée a été « tendue », disent-ils. « On se pose des questions, on se demande ce qui est arrivé », témoignent certains.

Quant à ses anciens collègues de la coucheuse 5 (la chaîne sur laquelle Marc Michel travaillait), la plupart, trop choqués, ne veulent pas parler. Quelques-uns laissent échapper quelques mots, mais sans trop évoquer l'homme qu'ils ont connu : « Il travaillait depuis douze ans sur cette machine… »

Aux Papeteries de Condat, ce qui domine chez les salariés, c'est l'incompréhension : « Entre la passerelle où il était et la presse, il y a moins de 20 cm, comment a-t-il pu tomber ? », s'interroge-t-on.

Cellule de soutien La direction a mis en place une cellule de soutien dans l'entreprise, en particulier pour les salariés de la coucheuse 5 : « L'infirmière du travail est aussi passée nous voir, confient certains. Les responsables nous ont parlé, ils nous ont encouragés à rester groupés. »

Au passage, quelques-uns signalent toutefois que l'accident est survenu sur une chaîne qui accusait, depuis septembre, six jours de chômage technique par mois. « Même avec des compensations, il y a des pertes de salaire et on n'a pas les primes de dimanche », commente un employé. Quel rapport avec l'accident de Marc Michel ? A priori aucun, si ce n'est d'affecter le moral de l'équipe. Était-ce le cas de Marc Michel ? L'enquête le déterminera peut-être.

Fermeture de la papeterie d’Alizay

Info: CGT

Le groupe papetier finlandais M-real a annoncé le 18 octobre 2011, la fermeture de son usine d’Alizay dans l’Eure, après l’échec des négociations avec deux candidats à la reprise. Le personnel a décidé de cesser le travail et de bloquer le site, qui emploie 330 salariés. Début mai, le groupe finlandais avait mis en vente cette usine dans le cadre d’un plan de restructuration européen visant à transformer M-real, qui fabrique des ramettes 
de papier, en une société dédiée au carton d’emballage.




Un salarié décède aux Papeteries de Condat. 80 salariés au chômage technique et des salariés sous le choc

Info : CGT

Le décès accidentel d'un employé, mardi, met l'entreprise en émoi. La production a été stoppée sur la zone où il travaillait.
Des machines stoppées et des salariés sous le coup de l'émotion. Suite à la chute mortelle d'un employé de 50 ans aux Papeteries de Condat, au Lardin, mardi (lire « Sud Ouest » d'hier), c'est à la fois le temps du deuil et des questions. Hier, la production de la zone sur laquelle l'homme travaillait au moment du drame était à l'arrêt pour les besoins de l'enquête confiée à la gendarmerie.

Dans le même temps, le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a tenu une réunion lors de laquelle « une minute de silence a été respectée », précise l'attachée de presse de la direction. Il en est ressorti la décision de mener une enquête interne. À cet effet, une réunion de travail est prévue aujourd'hui, à laquelle participeront les responsables de la sécurité, de la fabrication et de l'équipement, les membres du CHSCT ainsi que le représentant des services techniques.

« On se pose des questions » À midi hier, l'ambiance à la sortie de l'équipe du matin des Papeteries était morose. Même pour ceux qui ne connaissaient pas Marc Michel, le défunt, la matinée a été « tendue », disent-ils. « On se pose des questions, on se demande ce qui est arrivé », témoignent certains.

Quant à ses anciens collègues de la coucheuse 5 (la chaîne sur laquelle Marc Michel travaillait), la plupart, trop choqués, ne veulent pas parler. Quelques-uns laissent échapper quelques mots, mais sans trop évoquer l'homme qu'ils ont connu : « Il travaillait depuis douze ans sur cette machine… »

Aux Papeteries de Condat, ce qui domine chez les salariés, c'est l'incompréhension : « Entre la passerelle où il était et la presse, il y a moins de 20 cm, comment a-t-il pu tomber ? », s'interroge-t-on.

Cellule de soutien La direction a mis en place une cellule de soutien dans l'entreprise, en particulier pour les salariés de la coucheuse 5 : « L'infirmière du travail est aussi passée nous voir, confient certains. Les responsables nous ont parlé, ils nous ont encouragés à rester groupés. »

Au passage, quelques-uns signalent toutefois que l'accident est survenu sur une chaîne qui accusait, depuis septembre, six jours de chômage technique par mois. « Même avec des compensations, il y a des pertes de salaire et on n'a pas les primes de dimanche », commente un employé. Quel rapport avec l'accident de Marc Michel ? A priori aucun, si ce n'est d'affecter le moral de l'équipe. Était-ce le cas de Marc Michel ? L'enquête le déterminera peut-être.

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...