L’austérité s’applique aussi à ArjoWiggins,la septième entreprise européenne d'industrie papetière


Info : FILPAC-CGT

Le Comité de groupe s’est tenu ce jeudi 8 décembre 2011 sous la présidence de Monseigneur LEBARD.

Pour faire passer la pilule des licenciements en cours et les résultats horribles du groupe, Monseigneur LEBARD annonce qu’il s’appliquera une baisse de rémunération fixe de 10% (900 000€ salaire fixe annuel) et ne touchera pas de bonus (870 000€). Monseigneur dit que s’il avait su il n’aurait pas investi de sa fortune personnelle dans le groupe en 2007. Le pauvre … Pendant les fêtes, la famille devra manger du poulet à la place du chapon farci au foie gras !


Le groupe ArjoWiggins est en mode survie selon les propos du PDG confus
En conséquence, les investissements et les dépenses seront contrôlés rigoureusement en 2012. 30 millions d’euros seront investis dans le groupe dont un tiers pour la branche sécurité. Optimiste dans les paroles, Monseigneur, prévoit un redressement des résultats sur 2012 grâce aux baisses des matières premières. Le prix des matières premières et de l’énergie représentent 180 millions d’Euros de coûts supplémentaires sur les deux dernières années Les 95 millions de la vente de Arches ont été absorbés par le besoin en cash. Les interventions sombres de Monseigneur lors ce Comité de Groupe présagent une année 2012 difficile. Une parole a attirée plus particulièrement l’attention des représentants du personnel : « l’année 2012 sera décisive pour la survie du groupe ». L’après-midi, les valets de Monseigneur Lebard, Pipeau et Violon ont pris le relais sur les questions sociales :



Fidèle au dictat du MEDEF, la direction indique qu’il n’y aura pas de départ de fin carrière (DFC) pour les travaux pénibles et qu’il faut plutôt maintenir les séniors au boulot. Elle ne veut plus reconduire une logique sociale dans le groupe.
Les travailleurs peuvent se tuer à la tâche afin de sauvegarder les revenus des actionnaires ! A la lecture de ces informations, la solidarité s’impose encore plus aujourd’hui qu’hier, et tous unis dernière la CGT, nous maintiendrons nos emplois !!!

Coordination des syndicats FILPAC-CGT du groupe ArjoWiggins France

Montreuil, 9 décembre 2011

l'assemblée des retraités CGT FAPT 77, s'est tenue dans les locaux de l'UL CGT de Coulommiers


Mardi 6 décembre, elles et ils étaient presque une vingtaine de militants de notre section des Retraités de la CGT FAPT 77 à avoir répondu présent. Débats riches autour des questions de l’activité de la section, de la syndicalisation, des luttes, le tout dans une ambiance fraternelle. En parlant de fraternité, la qualité de cette réunion a été rendue possible grâce à l’accueil chaleureux des camarades de l’Union Locale de Coulommiers qui avait mis ses locaux à disposition

Compte rendu de l’Assemblée Générale des retraités de la FAPT 77
Du 06 décembre 2012 à Coulommiers

Présents : Mmes GIVERNY Chantal, LANFANT Muriel et PERLICAN Josiane ; Mrs BENOIST Pierre, BONAMY Daniel, DUQUESNE Alain, GANTEIL Jean-Michel, GIVERNY Marc, KLAIBER Charles, LE GAL Michel, LEVIEUX Jean-Jacques, MAFFRE Roger, MAHET Gérard, PORCHERON Serge, RENARD Henri et SAMNI Hassan.
Excusés : Mmes DENDEDDOUCHE Jacqueline, DUFORESTEL Josiane, MARTIN Renée, et SOURISSEAU Claudette ; Mrs VILLEMAGNE Georges et HIRON Alain…

Tout d’abord, nous tenons à remercier l’UL de Coulommiers pour son accueil chaleureux dans ses nouveaux locaux et principalement son secrétaire Patrick qui a participé à nos travaux.
Les camarades présents ont tenu à exprimer leur reconnaissance pour le travail accompli par un grand nombre d’anciens retraités qui ont animé pendant de nombreuses années la vie de notre section de retraités et celle du syndicat. Ce sont ces camarades qui ont permis de rendre possible l’action syndicale des générations actuelles, la résistance contre la fatalité, la lutte pour un monde plus juste. C’est pourquoi, nous remercions nos camarades Georgette BERTIN, Danièle LEMAIRE, Jean FAVRE, Lucien MAES et tous les autres qui nous ont passé le flambeau du combat social pour la défense de nos droits et celle du service public. Merci encore une fois pour votre travail et pour avoir fait de nous ce que nous sommes devenus.
Nous nous sommes félicités d’être au 100% en 2011 par rapport à 2010 tout en constatant qu’il ne suffit pas d’égaler nos forces mais qu’il serait important pour notre section qu’elle se renforce d’année en année.
De plus en plus, nos syndiqués partant à la retraite ne souhaitent plus être adhérents, peut-être pour couper totalement les ponts avec le monde de l’entreprise qu’ils ne supportaient plus.
Nous notons une situation contrastée : il y a plus de retraités FAPT et pourtant notre section ne se renforce pas.
De plus, il nous faudrait nous tourner vers les autres entreprises ayant des activités postales ou de télécommunications car bien que la fédération s’appelle FAPT, notre section ne comporte que des membres issus des PTT.
Il nous faut contacter les retraitables quand ils sont encore dans les services et leur dire l’importance d’être syndiqués retraités, les revendications ne s’arrêtent pas avec l’activité salariée.
Il nous faut aussi essayer de recontacter ceux que nous avons laissé partir. Nous pouvons les retrouver soit dans les associations caritatives ou dites du 3ème âge, soit en aidant nos camarades retraités syndiqués dans les différentes sections multipro de notre département lors des distributions de tracts sur les marchés voire lors d’initiatives locales des communes en direction des retraités. C’est au plus près de leurs lieux de vie que nous pourront renouveler nos forces.
Si les retraités n’ont plus de patron, ils revendiquent toujours :
- pour leur pouvoir d’achat qui baisse chaque année (certains retraités touchent une pension dont le montant est en dessous du seuil de pauvreté),
- pour leur santé : dépassement d’honoraires, augmentation du tarif des mutuelles (de plus en plus de retraités n’ont plus de mutuelle, surtout dans le privé où le départ en retraite met fin au contrat d’entreprise)…
- pour que la perte d’autonomie soit un risque couvert par la sécurité sociale quel que soit l’âge auquel elle intervient,
- pour la gratuité des transports en commun en Ile de France (la plupart des loisirs sont à Paris et tous ne peuvent pas se payer un abonnement)...
Militer et surtout militer à la CGT permet de se maintenir en forme et de rester jeune car c’est avoir des projets. Être syndiqué retraité, c’est aussi être moins isolé alors qu’être isolé, c’est ce sentir inutile.
En conclusion sur ce sujet, nous invitons chaque syndiqué qui le souhaite à inciter les anciens collègues avec qui il est resté en contact à rejoindre notre section. Vous pouvez également vous mettre en relation avec votre UL ou section de retraités multipro afin de les épauler lors des différentes actions organisées par celles-ci.
Nous avons aussi rappelé notre présence dans les manifestations du 6 et du 11 octobre. Si c’est avec plaisir que nous avons manifesté aux côtés des actifs le 11, plusieurs participant ont demandé que lors des manifestation de retraités nous soyons épaulés par quelques actifs tout en reconnaissant qu’il est plus facile à un retraité qu’à un actif de se rendre disponible.
Nous ne pouvons pas accepter que des retraités vivent en dessous du seuil de pauvreté (954 € par mois). On ne doit pas avoir à choisir entre se loger, se soigner ou se nourrir. Dans ce cas là, il n’est même pas envisageable de penser aux loisirs. Qu’elle vie peut on avoir avec si peu de revenus ? C’est pourquoi il faut continuer à lutter et appeler le plus grand nombre à nous suivre dans ces luttes.
Nous appelons tous ceux qui le peuvent à venir avec nous mardi 13 décembre à Paris
pour refuser l’austérité et gagner une nouvelle répartition des richesses. Des départs
collectifs sont organisés par les UL.

En ce mois de décembre, nous vous souhaitons, ainsi qu’à vos proches, de passer de bonnes fêtes de fin d’année et surtout une bonne et heureuse année 2012.






Manifestation de cheminots CGT et SUD-RAIL à l'arrivée de Thello, premier train privé

Info : AFP

PARIS — Plusieurs centaines de cheminots ont manifesté lundi sur les quais de la Gare de Lyon à l'arrivée de Thello, le premier train privé en provenance d'Italie, pour dénoncer l'ouverture du rail à la concurrence, a constaté une journaliste de l'AFP.

Thello, coentreprise entre Veolia et Trenitalia, l'opérateur historique italien, a assuré lundi sa première liaison de nuit Venise-Paris. Le tarif le plus bas a été fixé à 35 euros pour un aller simple en compartiment six couchettes.

"Nous sommes venus interpeller les voyageurs sur les trains privés et leur dire que l'ouverture à la concurrence se fera au détriment des usagers, des missions de service public, des conditions de travail des salariés et de la sécurité ferroviaire", a dit à l'AFP Eric Santinelli, secrétaire régional SUD.

Quelque 500 cheminots, venus à l'appel de la CGT et SUD-Rail, ont ainsi accueilli l'arrivée du train et de ses rares voyageurs par des huées et des coups de sifflets.

"C'est un retour en arrière de plus de 70 ans auquel nous assistons... En plus ce sont les vieux trains de chez nous qu'on leur loue", selon Patrick Beaugendre de la CGT.

Pour les cheminots, la concurrence se traduira par "une diminution des missions de service public, les opérateurs se concentrant sur les trains les plus rentables, abandonnant les autres avec comme conséquence une augmentation des tarifs et une baisse de qualité".

L'"unique objectif reste et demeure la rentabilité à tout prix au mépris des conditions de transport des voyageurs et des conditions sociales des salariés", estiment-ils, assurant que l'ouverture à la concurrence du fret en 2006 était un "vrai désastre" qui "bénéficie surtout aux camions".

Les cheminots ont également cité l'exemple de l'Angleterre où "les grands perdants de la libéralisation du chemin de fer ont été la sécurité et les usagers avec les trois catastrophes meurtrières en 1999, en 2000 et en 2001".

Comment transformer l’hôpital en bien commun, géré par les soignants et les usagers, non par les financiers Les collectifs de soignants ...